GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: Boris Johnson en Irlande du Nord, au coeur de l'impasse du Brexit

    media Le Premier ministre britannique Boris Johnson à Belfast, le 31 juillet 2019. PAUL FAITH / AFP

    Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson rencontrait mercredi les chefs des principaux partis politiques d'Irlande du Nord, où il tente d'apaiser les inquiétudes sur l'avenir de la frontière irlandaise en cas de Brexit sans accord.

    Avec notre correspondante à Londres, Marina Daras

    Boris Johnson a conclut sa tournée des nations britanniques mercredi 31 juillet en Irlande du Nord ou il a rencontré tous les partis politiques nord-irlandais dans l’espoir de restaurer la coalition entre protestants et catholiques au Parlement de Stormont, une coalition tombée en Janvier 2017. Sur le sujet du Brexit, le Premier ministre a maintenu son refus d'un « backstop » à la frontière irlandaise. En Irlande du Nord, 55,8% des votants s’étaient prononcés contre une sortie de l’Union européenne.

    Après une série de déconvenues en Écosse et au Pays de Galles où le Premier ministre s’est fait huer à deux reprises, Boris Johnson a su trouver un peu de réconfort auprès de ses alliés du DUP, le Parti unioniste nord-irlandais. Arlene Foster, la chef de file du DUP, a rappelé que son parti soutenait le Premier ministre et exigeait l’abandon du « backstop », qu’elle considère comme un « défaut persistant et fondamental » de l'accord de sortie négocié par Theresa May.

    Mais sa rivale, la présidente du parti nationaliste Sinn Fein, Mary Lou McDonald, a quant à elle averti le Premier ministre qu'un Brexit sans accord serait à son avis « catastrophique » pour l'économie de l'île et pour les accords de paix du Vendredi Saint puisque Westminster reprendrait le contrôle du pays le temps de rétablir une assemblée nord-irlandaise.

    Elle a également annoncé qu’en cas de Brexit sans accord le 31 octobre, elle réclamera un référendum sur un rattachement des six comtés d'Irlande du Nord à la République d’Irlande.

    La perspective d’un Brexit sans accord continue donc de déchirer le royaume et accroît les menaces de dissolution.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.