GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Guerres napoléoniennes: les restes du général Gudin retrouvés en Russie?

    media Le général César Charles Étienne Gudin de la Sablonnière. Wikimedia Commons

    Une tombe découverte en Russie pourrait s'avérer être celle d'un général de Napoléon Ier. Une équipe d’archéologues affirme avoir retrouvé les restes du général Gudin, fauché par un boulet de canon lors de la campagne de Russie, en 1812. Tout semble correspondre, mais il faudra attendre les résultats d’analyses ADN pour confirmer la découverte.

    Avec notre correspondant à Moscou,  Daniel Vallot

    C’est à Smolensk, à 400 kilomètres à l’ouest de Moscou, que la découverte a eu lieu. Il s'agit d'un squelette dans les débris d’un cercueil en bois. Celui peut-être du général Gudin, mort au combat durant la campagne de Russie.

    Pour Alexander Kholkov, archéologue et membre de l’Académie russe des sciences, tous les éléments concordent.

    « Les soldats de la Grande Armée avaient décidé de construire un mémorial sur sa tombe, avec des canons en bronze. Ces canons ont ensuite été récupérés par la population locale, mais au cours de nos recherches, nous avons découvert six grands trous qui ont certainement servi à placer ces canons », explique-t-il.

    Le 18 août 1812, durant la bataille de Valoutina Gora, César Charles Étienne Gudin est mortellement blessé. La Grande Armée vient de s’emparer de Smolensk, et s’apprête à marcher sur Moscou, mais le général de 44 ans est fauché par un boulet de l’armée russe. Il meurt trois jours plus tard, emporté par la gangrène.

    « Selon plusieurs sources, le boulet de canon avait arraché l’une de ses jambes. Il a été évacué à Smolensk et a été amputé. Or, le squelette que nous avons trouvé correspond à cette description, puisqu’il lui manque la jambe gauche », explique Alexander Kholkov.

    Tout semble concorder mais une expertise ADN sera tout de même nécessaire. Reste à retrouver les descendants du général d’empire pour ce faire et prouver définitivement que ce sont bien les restes du général français qui ont été découverts plus de deux siècles après sa mort.

    ► À lire aussi : Haïti, la défaite de Napoléon

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.