GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: des débris métalliques provenant d’un Boeing 787 sèment la panique

    media Un Boeing 787 stationné sur le tarmac de l'aéroport Roissy Charles de Gaule en France. (Illustration). JOEL SAGET / AFP

    Frayeur dans la région de Fumiciano, en Italie, ce dimanche 11 août. Des habitants ont dû faire face à une pluie de débris métalliques, qui provenaient d'un Boeing 787 qui venait tout juste de décoller. Pas de blessés, heureusement, mais beaucoup de dégâts matériels.

    Il est à peu près 16h, ce dimanche 11 août, quand une pluie de débris métalliques s'abat sur le quartier d'Isola Sacra, dans la banlieue de Fumiciano. Aucun blessé n'est à déplorer, mais 25 voitures et 12 toitures de maisons ont été endommagées par l'incident.

    En cause: un Boeing 787 de la Norwegian Airlines, qui venait de décoller de l'aéroport voisin de Rome-Fumiciano, avec 289 passagers à son bord en direction de Los Angeles. Selon la protection civile italienne, les fragments se sont détachés du moteur gauche à 400 mètres d'altitude. L'avion s'est donc vu obligé de retourner d'où il avait décollé après 23 minutes de vol. Un atterrissage d'urgence heureusement sans encombre.

    Mais ce nouvel incident, qui aurait bien été causé par une panne technique, soulève de sérieuses questions. Un porte-parole de Rolls-Royce, qui fournit des moteurs à Boeing, a assuré que l'entreprise fournirait à l'avionneur « soutien et assistance technique ». Un soutien bienvenu pour Boeing, qui travaille encore à la remise en circulation de son 737 Max. Le modèle est en effet cloué au sol depuis le crash du vol Ethiopian Airlines en mars dernier. Une mise à l'arrêt que subit également Norwegian Airlines, qui a exprimé son intention de demander des réparations financières à l'avionneur américain.

    Les conséquences de cet incident se sont aussi fait ressentir sur les marchés financiers : ce matin, à la Bourse de Londres, l'action Rolls-Royce, le groupe industriel britannique, a perdu 3,3%.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.