GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Moscou confirme que l'accident sur la base de Nionoska est à caractère nucléaire

    media Cette photo prise en 2011 montre la base militaire de Nionoska, dans la région d’Arkhangelsk, dans le Grand Nord russe. AFP

    Des responsables russes ont reconnu, lundi 12 août, que l’explosion qui a fait cinq morts le 8 août dernier à proximité d’Arkhangelsk dans le nord du pays était bien de nature nucléaire. Le test d’un missile à propulsion nucléaire a mal tourné mais les autorités nient l’existence d’une grave contamination nucléaire.

    Avec notre correspondant à Moscou, Jean-Didier Revoin

    La Russie a fini par reconnaître que l’explosion qui s’est produite la semaine dernière en mer Blanche, au nord-est d’Arkhangelsk et à proximité de la Finlande, avait bel et bien un caractère nucléaire.

    Un échec du missile de croisière Bourevestnik

    Il s’agit de l’échec d’un test de missile équipé d’une source d’énergie, utilisant des matériaux radioactifs, incluant de la matière fissile et des radio-isotopes, selon Vyatcheslav Soloviev, directeur du centre nucléaire fédéral russe.

    La presse russe suppose qu’il s’agit du missile de croisière Bourevestnik, « oiseau de tempête » en français et cet accident vient mettre à mal les propos de Vladimir Poutine. En début d’année, il l’avait décrit comme ayant une portée illimitée et capable de franchir tous les systèmes d’interception.

    Selon les autorités, cette explosion a causé une hausse temporaire de la radioactivité, qui a retrouvé un niveau normal en quelques heures. Néanmoins, les autorités ont interdit la navigation, la pêche et la baignade pour une durée d’un à trois mois, selon les zones concernées.

    Faire la lumière

    Elles ont encore affirmé qu’elles mèneraient jusqu’au bout les tests de ces nouveaux armements, précisant toutefois que des équipes étaient actuellement chargées de faire toute la lumières sur les causes de cet incident.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.