GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Migrants: l’«Open Arms» emblème du casse-tête politique italien

    media Le navire humanitaire «Open Arms», qui attend de pouvoir accoster à Lampedusa, est devenu l’emblème du rébus politique italien. REUTERS/Guglielmo Mangiapane

    La question des navires humanitaires bloqués en mer exacerbe les tensions politiques nées de la crise gouvernementale, déclenchée par le patron de la Ligue Matteo Salvini. Pour sortir de la crise, plusieurs solutions sont sur la table comme une surprenante coalition composée du Mouvement 5 étoiles et du Parti démocrate, un retour aux urnes voire un recollage des pots cassés.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Le navire humanitaire Open Arms, qui attend de pouvoir accoster à Lampedusa, est devenu l’emblème du rébus politique italien. Hier soir, neuf migrants sur les 147 à bord ont été évacués pour raisons médicales. Dans la nuit, trois autres personnes ont été évacuées d'après un tweet de l'ONG.La situation pourrait se débloquer grâce à la justice, comme l’a fait le tribunal administratif de Rome en suspendant un décret d’interdiction d’accès aux eaux italiennes.

    Une victoire pour « Open Arms »

    De son côté, Oscar Camps, fondateur de l’ONG Proactiva Open Arms est satisfait de cette victoire du pouvoir judiciaire face au pouvoir politique concernant le sort des migrants en Italie : « On voit bien que Monsieur Salvini ne contrôle pas la justice. Et la justice est juste, c’est le cas de le dire. En Italie, la séparation des pouvoirs est clairement marquée. C’est bien pour ça que Carola Rackete s’en était sortie sans poursuites après avoir accosté de force. On a fait appel à la justice, et on a réussi à faire sauter le décret Salvini. Nous avons l’accord pour débarquer et l’on attend maintenant que Salvini se conforme à la loi ».

    L’autorisation de débarquer n’est accordée que par le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, pour les personnes qui se trouveraient « dans une situation de gravité exceptionnelle, et qui nécessitent des soins immédiats ». Mais il semble que le ministre de l’Intérieur fasse une interprétation très stricte du texte : la personne doit être dans un état désespérément critique, presque en danger de mort.

    Matteo Salvini pourrait aussi devoir ravaler son nouveau décret d’interdiction d’accostage dans un port italien. Pas seulement parce que six pays européens sont disposés à accueillir des naufragés de l’Open Arms. Mais parce qu’il se retrouve isolé. Les ministres de la Défense et des Transports, membres du Mouvement 5 étoiles, n’ont pas signé son nouveau décret. Or, en théorie, il faut les trois signatures pour le valider.

    En outre, le président du Conseil, Giuseppe Conte, proche des 5 étoiles, l’a durement recadré dans une lettre ouverte, en l’accusant de « déloyauté » et d’« obsession anti-migrants ». La coalition Ligue-Cinq étoiles a en effet éclaté la semaine dernière avec Salvini qui souhaite des élections anticipées. Sa motion de censure contre le chef du gouvernement sera discutée et votée mardi au Sénat.

    Salvini pris à son propre jeu ?

    Comme on l’a constaté le 12 août lors du vote sur la date du débat, Salvini et la droite qui demandaient sa tenue dès le lendemain ont été battus par les 5 étoiles et le Parti démocrate. Cette majorité numérique sera-t-elle la même le 20 août pour rejeter la motion de censure ? C’est envisageable, mais pas certain.

    Salvini commence à se mordre les sérieusement les doigts. Il a lancé un appel au chef des 5 étoiles en disant : « Je n’éteins jamais mon téléphone, je suis ouvert au dialogue ». Luigi Di Maio a répondu en ces termes : « L’omelette est cuite ! ». Mais la ligne du Parti démocrate n’est pas encore définie. Certains courants sont ouverts à la formation d’une majorité, pas seulement numériques, mais politiques avec les 5 étoiles, pour éviter des élections anticipées. D’autres estiment qu’un accord avec des populistes n’est pas concevable.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.