GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    «Open Arms»: le coup de colère du maire de Lampedusa

    media Le maire de Lampedusa Salvatore Martello pose pour l'AFP sur la terrasse de la mairie le 26 septembre 2018. Alberto PIZZOLI / AFP

    Les tribulations dramatiques de l'Open Arms en Méditerranée ont pris fin ce mardi soir 20 août avec son accostage à Lampedusa, après 19 jours d'errance dans l'attente d'un port d'accueil, alors même que plusieurs pays européens ont accepté d'accueillir les migrants présents à bord. Un peu plus tôt dans la journée, le président du conseil italien Giuseppe Conte a présenté sa démission, acceptée par le président Sergio Mattarella. Dans ce contexte inédit de crise nationale et européenne, Salvatore Martello, édile de cette petite ville sicilienne au coeur du phénomène migratoire depuis plus de six ans, se confie à RFI.

    Salvatore Martello dénonce un « climat de rage » en Italie

    « Aujourd’hui en Italie, il se développe un climat de tension, de rage et même d’affrontement qui ne permet plus d’avoir un débat dans des conditions démocratiques. Dès qu’il est plus ou moins question d’immigration, on voit sortir les bataillons de contrefeux qui veulent éteindre toute discussion », regrette Salvatore Martello au micro de notre envoyée spéciale à Lampedusa, Juliette Gheerbrant.

    → Lire aussi : Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission

    La « large responsabilité » de l'UE

    « Or, poursuit l'élu, comme c’est un problème qui concerne le monde entier, pas seulement l’Italie, il serait judicieux de s’asseoir tous autour de la table pour trouver le moyen de prendre des décisions communes, dans les règles. L’Union européenne porte une large responsabilité c’est sûr, mais aussi les pays directement concernés. Je pense au discours de l’Espagne, l’autre jour : on ne peut pas dire à l'Open Arms au bout de 19 jours : "je vous offre un port de débarquement". Il fallait y penser avant. Après 19 jours en mer, j’aimerais bien savoir comment on peut dire à l’équipage, "allez ! partez pour le détroit de Gibraltar, accompagnez-y ces migrants" - migrants qui d’après moi se trouvent par ailleurs très mal à bord du navire. »

    Le maire réagit également à la fermeture des ports dont Matteo Salvini a fait son principal argument politique : c'est faux, dit-il.

    « Le problème de l'immigration n'est pas résolu »

    « Il faut mettre une chose au clair. Quand il y a un navire d’ONG qui arrive, tout le monde parle de l’immigration, des débarquements, des personnes qui doivent venir en Italie - à Lampedusa ou ailleurs. Mais personne ne remarque que pendant qu’on bloque un navire, dans le même temps des bateaux arrivent directement dans le port de Lampedusa, avec parfois à bord plus de migrants que sur les navires des ONG. Alors évidemment, on peut se poser une question : excusez-moi mais le port, il est fermé ou il est ouvert ? Pour nous, puisque les bateaux arrivent de façon autonome, c'est qu'il est ouvert. Mais dans l’imaginaire collectif aujourd’hui en Italie, les gens sont convaincus que plus personne n'arrive, que l’immigration, c’est terminé et que le seul problème ce sont les ONG qui portent secours aux gens en mer. Il faut dire aux gens que le problème de l’immigration n’est pas résolu, que les ports sont ouverts et que la guerre médiatique de certains vise exclusivement les ONG. »

    → Lire aussi: L’«Open Arms» accoste au port de Lampedusa, le bateau sera saisi

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.