GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Europe

    Première mini-tournée européenne pour le Premier ministre britannique Johnson

    media Le Premier ministre britannique Boris Johnsons, au 10 Downing Street, à Londres, le 7 août 2019. Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

    Pour sa première visite officielle en dehors du Royaume-Uni, Boris Johnson a choisi l'Allemagne et la France. Il se rend à Berlin ce mercredi 21 août, et à Paris, le lendemain, avant de se rendre à Biarritz, où il va faire ses débuts sur la scène mondiale au sommet du G7. Le Premier ministre britannique s'est engagé à sortir le Royaume-Uni de l’UE le 31 octobre prochain, coûte que coûte.

    Avec notre correspondante à Londres,  Marina Daras

    Deux jours après avoir adressé une lettre au président du Conseil européen Donald Tusk, le nouveau Premier ministre britannique entend convaincre Angela Merkel et Emmanuel Macron de négocier un nouvel accord de sortie.

    Dans cette lettre, Boris Johnson insiste sur le fait que le backstop doit être supprimé de l’accord négocié par Theresa May. Le backstop, toujours au coeur des tensions entre l’UE et le Royaume-Uni, est un filet de sécurité visant à garantir l’ouverture de la frontière entre les deux Irlande après le Brexit jusqu'à ce que de nouvelles réglementations douanières soient trouvées.

    Boris Johnson souhaite donc un arrangement alternatif, mais les Européens ont été très clairs : ils ne veulent pas de nouvel accord qui ne contiendrait pas de backstop.

    À 71 jours du Brexit, Boris Johnson tente le tout pour le tout et fait monter la pression sur les Européens en annonçant la fin de la libre circulation telle qu'elle existe actuellement en l’absence d’accord de sortie. Il a également annoncé que les représentants britanniques cesseront d'assister à la plupart des réunions de l'Union européenne à partir du 1er septembre, à l'exception de celles « concernant l'intérêt national », pour mieux de concentrer sur le Brexit.

    ►Lire aussi - Royaume-Uni: les députés demandent à Boris Johnson de rappeler le Parlement

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.