GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: l'AKP s'apprête à exclure quatre de ses cadres

    media Ahmet Davutoglu, ici à Bruxelles le 8 mars 2016. REUTERS/Yves Herman

    En Turquie, rien ne va plus au sein de l’AKP, le parti de Recep Tayyip Erdogan. Après la démission en juillet d’un de ses fondateurs, l’ancien ministre Ali Babacan, la formation présidentielle s’apprête à exclure quatre membres, et non des moindres. Parmi eux, Ahmet Davutoglu, chef du gouvernement de 2014 à 2016. Ces derniers mois, ce dernier multipliait les prises de position critiques à l'égard de l’AKP et de son chef.

    Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    C’est un signe – un de plus – des fissures qui traversent ces derniers temps le parti présidentiel en Turquie. À l’issue d’une réunion qui aura duré plus de quatre heures, le bureau politique de l’AKP a engagé une procédure d’exclusion contre trois anciens députés et un ancien Premier ministre, Ahmet Davutoglu.

    La nouvelle était attendue : le week-end dernier, le président Recep Tayyip Erdogan, qui est aussi chef de l’AKP, avait promis d’écarter ceux qui « sont encore membres sur le papier, mais se sont éloignés de nos cœurs et de notre chemin ». Il n’avait cité aucun nom, mais les regards s’étaient tournés vers Ahmet Davutoglu, qui dénonce depuis plusieurs mois la gestion politique de l’actuel président, son refus de la moindre critique et ses atteintes à l’État de droit.

    En excluant, comme il s’apprête à le faire, quatre figures de la fronde qui agite ses rangs, l’AKP s’épargne l’affront d’une nouvelle démission. Cet été, c’est l’ancien ministre de l’Économie, Ali Babacan, qui avait quitté le navire pour fonder un nouveau parti d’ici la fin de l’année. La plupart des commentateurs prêtent à Ahmet Davutoglu des intentions similaires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.