GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Brexit: l’UE dans l’expectative après la cacophonie britannique

    media Des manifestants britanniques pro-Europe à Londres, le 4 septembre 2019. REUTERS/Henry Nicholls

    La défaite cuisante de Boris Johnson au Parlement britannique ne facilite en rien l’évolution des relations entre l’UE à 27 et le Royaume-Uni alors que le négociateur en chef de l’Union, Michel Barnier, estime que les pourparlers sur le Brexit sont dans un état de paralysie. Les Européens ont bien pris soin de ne pas réagir aux votes des Communes mercredi.

    Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

    Les Européens se sont soigneusement abstenus de réagir aux nouveaux soubresauts de Westminster mais pour eux la nouvelle défaite de Boris Johnson à la chambre des communes ne fait qu’ajouter à ce casse-tête dont ils estiment avoir en quelque sorte perdu le contrôle.

    Les 27 ont accordé en avril un nouveau report du Brexit jusqu’au 31 octobre en affirmant que ce serait le dernier. Ils ont aussi répété haut et fort que l’accord difficilement négocié avec le Royaume-Uni était le seul possible. Ces deux déclarations sont censées constituer la base bétonnée de la position des 27. En théorie, elles ne laissent donc aucune place pour l’extension votée mercredi par les Communes ni aucune perspective à Boris Johnson pour la renégociation qu’il affirme pouvoir ouvrir.

    Il reste cependant que les menaces du Premier ministre britannique de soumettre les ressortissants européens à une limite de leur droit de résider au Royaume-Uni ou son rejet du filet de sécurité pour l’Irlande concrétisent le scénario du pire que craignent les 27. La résignation à voir un Brexit abrupt se produire le 31 octobre pourrait évoluer vers une volonté d’obtenir un accord a minima pour sauver les meubles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.