GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    Europe

    Brexit: journée sous haute tension pour Boris Johnson et les parlementaires

    media Le Premier ministre britannique Boris Johnson (D) en compagnie de son homologue irlandais,Leo Varadkar, ce lundi 9 septembre 2019 à Dublin. REUTERS/Phil Noble

    Les députés britanniques décident ce lundi 9 septembre s'ils veulent ou non des élections anticipées, souhaitées par le Premier ministre Boris Johnson pour sortir de la crise politique et mettre en œuvre sa stratégie très critiquée sur le Brexit. Ce lundi à Dublin Boris Johnson rencontre également son homologue irlandais Leo Varadkar pour évoquer les négociations sur le Brexit.

    Du pain sur la planche pour le Parlement britannique ce lundi 9 septembre 2019.

    Concernant le Brexit, le texte de loi qui veut obliger Boris Johnson à demander un nouveau report au 31 janvier 2020 s’il ne parvient pas à un accord Brexit avec l’UE d’ici au 31 octobre, vient en deuxième lecture devant la Chambre des communes. Le texte a été approuvé par la Chambre des lords vendredi. La loi devrait obtenir l’approbation de la reine lundi.

    Concernant les élections législatives anticipées, le gouvernement doit re-soumettre dans la soirée au vote des députés la demande d’élections anticipées déjà rejetée mercredi dernier. Boris Johnson veut désespérément organiser un scrutin le 15 octobre mais vendredi tous les partis d’opposition (labour, libdem, snp) ont déjà annoncé qu’ils voteraient contre ou s’abstiendraient.

    Puis les travaux du Parlement seront suspendus jusqu'au 14 octobre.

    Boris Johnson n'a plus de majorité

    Or, le chef du gouvernement britannique, le Premier ministre Boris Johnson, n'a plus de majorité au Parlement après la défection d'un député tory pour le Parti libéral démocrate et l'exclusion du Parti conservateur de 21 députés modérés ayant voté avec l'opposition une proposition de loi destinée à éviter une sortie sans accord de l'Union européenne.

    En outre, son propre frère, Jo Johnson, a claqué jeudi 5 septembre la porte du gouvernement invoquant l' «intérêt national», suivi samedi par la ministre du Travail Amber Rudd, au terme d'une semaine catastrophique pour Boris Johnson. Pourtant des élections pourraient le relancer. Selon un sondage YouGov paru dans le Sunday Times, le Parti conservateur arriverait en tête, avec 35% des voix, 14 points de plus que le Labour.

    Report « inutile »

    Pour organiser ces élections, Boris Johnson a besoin d'une majorité des deux tiers au Parlement. Or l'opposition n'est pas favorable à ces élections dans l'immédiat, préférant s'assurer d'abord qu'un «no deal» soit exclu.

    Boris Johnson est arrivé au pouvoir en juillet, promettant de faire sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 octobre, avec ou sans accord. Il s'oppose à tout nouveau délai du Brexit, initialement prévu le 29 mars. Mais, majoritairement opposé à un «no deal», le Parlement a voté une proposition de loi le contraignant à repousser de trois mois la date du Brexit s'il n'obtient pas d'accord de sortie d'ici le 19 octobre, soit juste après le Conseil européen du 17 et 18 octobre.

    L'opposition craint également que Boris Johnson ignore la loi anti « no deal », qui n'attend que l'approbation de la reine pour entrer en vigueur, et que l'affaire se termine devant les tribunaux.

    Le « filet de sécurité » irlandais « un élément essentiel» 

    Tout nouveau délai devra encore être approuvé à l'unanimité des 27 autres États membres de l'UE, et la France ne semble pour l'instant pas convaincue. Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves le Drian, a prévenu que dans les « circonstances actuelles », ce serait « non ».

    Boris Johnson est en Irlande ce lundi, où il rencontre lundi à Dublin le Premier ministre Leo Varadkar. Ce dernier a assuré lundi que l'Union européenne n'a reçu « à ce jour » aucune proposition « réaliste » de Londres dans les négociations du Brexit, a affirmé lundi le Premier ministre irlandais Leo Varadkar devant la presse.

    Le « filet de sécurité » irlandais « reste un élément essentiel de l'accord de retrait jusqu'à ce qu'une alternative soit trouvée », a souligné M. Varadkar en accueillant le Premier ministre Boris Johnson pour des discussions sur le Brexit. L'Irlande est au cœur des négociations entre le Royaume-Uni et l'UE, qui ne trouvent pas de terrain d'entente sur le « filet de sécurité ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.