GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Brexit: Dublin ouvert à «des alternatives» n'a reçu aucune suggestion sérieuse

    media Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar reçoit son homologue britannique Boris Johnson à Dublin, lundi 9 septembre 2019. Niall Carson/Pool via REUTERS

    Le Premier ministre britannique Boris Johnson est ce lundi 9 septembre à Dublin. Il rencontre son homologue Leo Varadkar pour la première fois depuis son accession au 10, Downing Street. Les deux hommes se sont exprimés en préambule de leur discussion et la question de la frontière irlandaise après le Brexit a dominé la prise de parole.

    De notre correspondante à Dublin, Emeline Vin

    Pas de backstop égale pas d’accord de sortie. Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, s’est montré plutôt clair. Cela reviendrait, selon lui, à prolonger l’incertitude pour tout le monde.

    Nous préférons que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne en octobre.

    Leo Varadkar, Premier ministre irlandais, sur le Brexit 09/09/2019 - par Béatrice Leveillé Écouter

    Côté britannique, Boris Johnson a assuré à son homologue qu’il ne mettrait pas en place de contrôles aux frontières. Une possibilité évoquée, pour contourner le backstop : faire de l’île d’Irlande une zone économique unique. Le Premier ministre britannique assure avoir d’autres propositions alternatives en abondance, mais Leo Varadkar n’a reçu à ce jour d’aucune suggestion sérieuse.

    Le maître-mot ce lundi matin, c’est le compromis. Côté irlandais, « nous voulons être amis et alliés avec le Royaume-Uni », côté britannique, « nous avons conscience que l’Irlande n’avait pas souhaité le Brexit et nous voulons l'aider ». Boris Johnson a même vigoureusement fait savoir qu’il voulait trouver un accord. Et d’ici le 31 octobre.

    De toute façon, il sera difficile selon Dublin de faire accepter une prolongation à l’Union européenne alors que Boris Johnson n’a plus de majorité au Parlement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.