GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières
    Moyen-Orient

    Syrie: Ankara interpelle encore Washington sur la zone tampon dans le Nord-Est

    media Des militaires américains et turcs patrouillent à la frontière entre la Turquie et la Syrie. Le 8 septembre. BULENT KILIC / AFP

    La Turquie est mécontente de la situation à sa frontière avec la Syrie. Après de longues négociations, Ankara a réussi le mois dernier à convaincre Washington de créer une zone tampon dans le Nord-Est syrien. Contraignant ainsi les Kurdes, ses ennemis juré, à se retirer de cette région. Mais la Turquie estime aujourd’hui que les efforts des États-Unis sont insuffisants.

    Washington a répondu favorablement à la création de cette zone tampon souhaitée par la Turquie, afin de protéger ses alliés kurdes syriens. En première ligne dans la lutte contre le groupe État islamique en Syrie, les Kurdes sont pourtant considérés comme des terroristes par Ankara, qui promettait de les éradiquer s’ils ne s’éloignaient pas de sa frontière.

    Fin août, un accord est trouvé. Les Kurdes se retirent et les armées turque et américaine prennent le relais pour patrouiller conjointement dans le Nord-Est syrien.

    Mais ce mardi, le chef de la diplomatie turque a déclaré ces efforts insuffisants. Les contours exacts de cette zone tampon, estime Ankara, restent encore trop flous.

    L'un des objectifs de la « zone de sécurité », selon les responsables turcs, est de pouvoir y renvoyer une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens installés sur leur territoire.

    Or, les Kurdes de Syrie s'y refusent catégoriquement. Ils accusent la Turquie de vouloir mener un remplacement de population en envoyant des réfugiés arabes en territoire kurde.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.