GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Le Parlement européen ne veut pas d’un Brexit au rabais

    media Le président du Parlement européen, David Sassoli, lors d'une conférence de presse au Parlement européen à Bruxelles, le 12 septembre 2019. REUTERS/Francois Lenoir

    Le Parlement européen tente de se mettre en travers de la route d’un Brexit au rabais avec un texte en préparation qui veut graver dans le marbre le filet de sécurité pour l’Irlande. Dans le même temps, les Européens font preuve d’un pessimisme à toute épreuve face aux aléas de la politique britannique et aux revers subis par le Premier ministre Boris Johnson. Un Brexit sauvage, un Brexit sans accord du jour au lendemain le 31 octobre, semble de plus en plus plausible.

    Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

    « Il n’y aura pas d’accord sans filet de sécurité pour l’Irlande et cette position du Parlement européen aura le mot de la fin », selon son président David Sassoli.

    Les groupes majoritaires dans l’hémicycle ont préparé en commun un texte qu’ils proposeront à tous les députés d’adopter la semaine prochaine lors de la session plénière à Strasbourg.

    Les propositions de compromis présentées à Bruxelles par David Frost, le négociateur de Boris Johnson, sont toutes en retrait par rapport aux ambitions de l’accord de sortie négocié avec le gouvernement de Theresa May. Par exemple, réduire le filet de sécurité pour l’Irlande à un accord portant sur des contrôles sanitaires pour les produits agricoles. Un état de fait que le Parlement européen refuse d’accepter.

    Le Parlement propose même de revenir à la solution initiale : diviser le Royaume-Uni en deux en coupant l’Irlande du Nord de la Grande-Bretagne.

    Michel Barnier pessimiste sur un accord avec Londres

    De crainte de voir les 27 capitales tentées par un accord minimaliste avec Londres, les députés préviennent que c’est tout ou rien et qu’ils ne donneront pas leur indispensable blanc-seing à un Brexit au rabais.

    Ceci risque de sonner le glas des ambitions de Boris Johnson de forcer l’Union européenne à faire des concessions. Quant au négociateur européen, Michel Barnier, il assène qu’il n’y a aucune raison d’espérer un accord.

    À lire aussi : Royaume-Uni: «Yellowhammer», où les affres d'un Brexit «no deal»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.