GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: David Cameron dénigre Boris Johnson dans ses mémoires

    media Dans le métro de Londres, le 12 mai 2014. Boris Johnson est alors maire de Londres et David Cameron Premier ministre. Les deux hommes sont conservateurs, mais le premier a milité pour la sortie, le second contre. REUTERS/Stefan Rousseau

    Trois ans et demi après le référendum sur le Brexit, David Cameron sort de son silence pour la première fois avec ses mémoires « For the record », qui seront publiées jeudi 19 septembre. En amont de cette publication, des extraits de l’ouvrage ont été publiés par le Times ce week-end. L’ancien Premier ministre revient sur le Brexit, et s’en prend à Boris Johnson pour son rôle dans la campagne.

    De notre correspondante à Londres,  Sophie Miller

    Il ne regrette rien. Dans les extraits de ses mémoires publiés par le Times, David Cameron estime qu’un référendum sur l’appartenance du royaume uni à l’Union européenne était inévitable. Mais «  j'ai échoué », admet-il, et il confie que le résultat qui a provoqué incertitude et division dans le pays l’a plongé dans un état dépressif.

    Face à l’impasse créée par le Brexit, il affirme qu’un second référendum pourrait être la solution et il repousse fermement l’idée d’une sortie sans accord. Boris Johnson, Michael Gove, et toute la clique de la campagne pour la sortie de l’Union européenne en prennent pour leurs grades.

    « Les ambassadeurs du populisme »

    Dans cette campagne, « ils ont été les ambassadeurs du populisme et ont laissé la vérité aux vestiaires », écrit David Cameron qui les accuse d’avoir menti aux Britanniques. Selon lui, Boris Johnson a défendu le Brexit par intérêt pour sa propre carrière. Il était persuadé que les pro-Brexit perdraient affirme l’ancien Premier ministre.

    Boris Johnson n’a pas réagi à ses propos. Lundi 15 septembre, il est attendu au Luxembourg pour son premier entretien avec Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.