GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Malte: le Premier ministre accepte une enquête sur la journaliste assassinée

    media La journaliste et blogueuse maltaise Daphne Caruana Galizia, photographiée en 2011 devant l'ambassade libyienne à La Valette, sur l'île de Malte. REUTERS/Darrin Zammit Lupi

    À Malte, c'est peut-être un premier pas vers une enquête indépendante sur l'assassinat d'une célèbre journaliste d'investigation de l'île : Daphne Caruana Galizia, spécialisée dans les affaires de corruption, avait révélé les pans les plus sombres de la vie politique maltaise. Près de deux ans après l'attentat à la voiture piégée qui lui a coûté la vie, le Premier ministre maltais Joseph Muscat a annoncé ce samedi la formation d'une commission en charge d'enquêter sur la mort de la journaliste, mais aussi sur les retards dans la procédure judiciaire qui a suivi son assassinat.

    Un juge à la retraite, un légiste et un ancien expert médico-légal : trois personnalités auront la lourde tâche de relancer les investigations sur l'attentat qui a tué Daphne Caruana Galizia.

    Seulement voilà : chacun des membres de cette nouvelle commission d'enquête a été nommé par le Premier ministre Joseph Muscat. Or le gouvernement maltais est accusé d'avoir jusqu'à présent freiné les investigations sur l'assassinat de la célèbre journaliste.

    Dans un rapport accablant, le Conseil de l'Europe avait pointé du doigt en juin dernier la récusation de plusieurs magistrats pour conflit d'intérêts, le retrait du dossier au magistrat enquêteur par le Premier ministre lui-même ou encore l'absence d'enquêtes sur les contacts qu'un ministre aurait eus avec les assassins.

    Trois hommes soupçonnés d'avoir commis le meurtre ont été inculpés en décembre 2017. Ils n'ont pas encore été jugés. Les commanditaires, eux, n'ont toujours pas été identifiés.

    L'annonce du Premier ministre, qui se dit aussi prêt à rencontrer les parents de Daphne Caruana Galizia, est donc accueillie avec prudence. La famille de la journaliste demande des garanties sur l'impartialité des nouveaux enquêteurs. Alors que le Conseil de l'Europe a averti qu'il « suivrait de très près le travail de cette commission ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.