GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    Moyen-Orient

    La Turquie au centre des questions migratoires

    media Des réfugiés reçoivent de la nourriture et des médicaments dans le parc de Cesme à Izmir en Turquie. Getty Images/Majority World

    Ces dernières années, la Turquie s’est imposée comme un partenaire-clé sur toutes les questions migratoires. La Turquie est en effet un pays majeur pour les flux migratoires puisqu’il en est un carrefour et qu’il est le premier pays d’accueil de réfugiés au monde.

    Les régions turques les plus occidentales sont une porte d’entrée dans l’Europe, tandis qu’à l’est et au sud-est, ses frontières ouvrent sur le Caucase, l’Asie centrale et le Moyen-Orient. Grâce aux liaisons aériennes et à des exemptions de visa, elle reçoit même de nombreux migrants en provenance d’Afrique. La Turquie est un pays de transit pour les migrations irrégulières.

    C’est aussi, depuis le déclenchement du conflit en Syrie, le premier pays d’accueil de réfugiés au monde. Selon les chiffres officiels, sans doute sous-estimés, elle abrite quatre millions de migrants, dont plus de 3,5 millions de Syriens, 170 000 Afghans, 142 000 Irakiens, 39 000 Iraniens et 5 700 Somaliens, pour ne citer que les premiers de la liste. En matière d’accueil, la politique turque se fait sur la distinction entre les Syriens et les non-Syriens.

    Pas d'accueil de réfugiés

    Pour les non-Syriens, il faut savoir que la Turquie n’accepte pas de réfugiés au sens juridique du terme. Elle a signé la Convention de Genève, mais avec une restriction géographique : seuls les citoyens européens ne sont éligibles au statut de « réfugié » en Turquie, c’est-à-dire personne.

    ►À lire aussi : Turquie : des milliers de migrants arrêtés à Istanbul

    Les demandeurs d’asile doivent s’adresser à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés à Ankara, dans l’espoir que cette dernière accepte leur dossier et les redirige vers un pays d’accueil. Ceux dont le dossier est refusé ou qui n’ont pas fait de demande risquent une expulsion. Depuis le début de l’année, la police turque a arrêté près de 285 000 migrants en situation irrégulière.

    Protection temporaire

    Quant aux Syriens, techniquement, ce ne sont pas des réfugiés, mais ils bénéficient d’une protection temporaire, qui leur donne accès notamment aux services de santé et à l’éducation. Ces derniers mois, sous la pression d’une opinion publique très hostile, les autorités ont drastiquement renforcé les contrôles et les sanctions contre les Syriens qui ne sont pas en règle.

    Le président Recep Tayyip Erdogan a même menacé « d’ouvrir les portes » de l’Europe aux Syriens, donc de tirer un trait sur l’accord migratoire signé en 2016. Dans les faits, l’arrivée de migrants en Grèce s’accélère déjà ces derniers mois. Ce que le président turc veut dire, c’est que son pays n’a plus les moyens financiers et humains d’accueillir des millions de Syriens, sans compter les centaines de milliers d’autres qui risquent d’arriver d’Idleb si le régime syrien poursuit son offensive contre cette province.

    ►À lire aussi : Turquie : Erdogan sous pression pour renouer avec le voisin syrien

    Le plan de la Turquie est de créer dans le nord de la Syrie une vaste zone sécurisée pour renvoyer les réfugiés. Mais au-delà des obstacles politiques et militaires, un tel projet coûterait des milliards d’euros. Ankara fait donc pression sur les Européens pour qu’ils mettent la main au porte-monnaie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.