GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Parmi les 13 000 migrants sur l’île de Lesbos, de nombreux adolescents

    media Les migrants du camp de Moria sur l'île de Lesbos, lors de leur manifestation pour dénoncer les conditions de vie sur le camp, le 1er octobre 2019. ANGELOS TZORTZINIS / AFP

    En Grèce, depuis le reflux de plusieurs milliers de migrants en provenance de Turquie cet été, le camp de Moria situé sur l’ile de Lesbos est totalement saturé. Selon plusieurs ONG, parmi les 13 000 personnes entassées dans le temps, plus d'un tiers sont des enfants ou des adolescents.

    Avec notre correspondant à AthènesJoël Bronner

    Farzana* a 15 ans. Et avec sa famille afghane, ils ont mis un an pour arriver jusqu’au camp de Moria, via l’Iran puis la Turquie. Mineure, la jeune fille explique d’un point de vue d’adulte les difficultés des familles nombreuses, afghanes et syriennes en particulier.

    « Presque toutes ces familles ont deux, trois ou quatre enfants. Tous ont besoin d’un endroit pour jouer. Pour les enfants, la situation ici leur est égale, ils ont besoin de jouer et de s’amuser. Si on leur dit qu'il y a nulle part pour ça, alors ils se mettent à jouer avec les ordures, avec tout ce qui traine par terre et ils tombent malades. »

    Partir à la recherche du bonheur et vivre l'enfer

    Stéphane, un autre migrant du camp, est à peine majeur. Pour ne pas faire la queue pendant des heures pour manger, il saute de nombreux repas depuis trois mois. « Imaginez des jeunes quitter leur pays à la recherche du bonheur. S’il y avait du travail, si toutes les conditions étaient réunies pour vivre dans de bonnes conditions, on ne quitterait pas notre pays pour venir ici. On est venu ici parce que chez nous ça ne va pas. »

    Mais dans le camp de Moria, ça ne va pas non plus. Le jeune migrant parle « d’enfer » et dit avoir le sentiment d’être considéré « comme un animal ». À Lesbos, plus de 13 000 personnes sont entassées dans ce qui est le plus grand camp d’Europe, alors que sa capacité initiale n’est que de 3 000 places.

    *Le prénom a été changé

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.