GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: reprise des discussions entre le Royaume-Uni et l'Union européenne

    media Boris Johnson, le Premier ministre britannique. BEN STANSALL / AFP

    Ce lundi 7 octobre, Britanniques et Européens reprennent les difficiles discussions sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Mais des signaux positifs arrivent de l’autre côté de la Manche : Londres semble disposer à assouplir sa position.

    L'offre finale proposée par le Premier ministre Boris Johnson à l'Union européenne le 2 octobre n'a finalement pas séduit. Principalement à cause de la question de la frontière irlandaise, qui pouvait être une porte ouverte à la fraude fiscale.

    C'est d'abord dans un tweet que Guy Verhofstad, président du groupe de pilotage, a exprimé la défaveur du comité face aux propositions du Premier ministre. L'offre, dit-il, ne constitue pas une base pour un accord et pour sortir de l'impasse sur le Brexit.

    C'est une offre qui ne pouvait pas fonctionner, parce qu'elle n'apporte pas de solution pour la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, a également précisé un haut responsable de l'Union européenne.

    Le gouvernement prêt à assouplir sa position

    Dimanche 6 octobre, le gouvernement britannique s’est montré ouvert à assouplir la position sur la question sensible nord-irlandaise. Steve Barclay, le ministre britannique chargé du Brexit, a même dit que l’exécutif respecterait la loi qui le contraint à solliciter un nouveau report en cas de non-accord.

    Le ministre a en revanche demandé aux négociateurs européens de faire preuve de flexibilité. Le plan de compromis présenté mercredi par Boris Johnson n’a pas convaincu lesEuropéens, surtout sur un point essentiel : la question des contrôles douaniers entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

    Bruxelles a demandé à Londres de faire de nouvelles propositions. Mais Boris Johnson a répondu qu’il avait déjà fait assez, et a exhorté les Européens à faire des compromis.

    Le Premier ministre britannique s’est d'ailleurs entretenu par téléphone avec des dirigeants européens, dont Emmanuel Macron. À 25 jours de la date prévue du Brexit, un accord semble difficile mais il reste possible, selon les déclarations de Michel Barnier, le négociateur en chef pour l’Union européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.