GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: ouverture du procès d'un féminicide emblématique

    media Manifestation à Istanbul contre les violences faites aux femmes, le 14 février 2015. AFP PHOTO / OZAN KOSE

    Ce mercredi 9 octobre, dans le centre de la Turquie, s’ouvre un procès emblématique des violences faites aux femmes. Un homme est jugé pour avoir tué, le 18 août dernier, son ex-épouse Emine Bulut sous les yeux des passants et de sa propre fille. Un meurtre qui avait choqué tout le pays et qui est loin d’être isolé.

    Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    « Je ne veux pas mourir » : les derniers cris d’Emine Bulut, cette Turque assassinée à coups de couteau par son ex-mari sous les yeux de sa fille de 10 ans, résonnent encore dans la tête de ceux qui les ont entendus.

    Le meurtre était filmé par un passant. Quelques jours plus tard, la vidéo se propageait sur les réseaux sociaux, donnant à ce fait divers un retentissement inédit dans un pays où pourtant, chaque jour, des hommes tuent leur conjointe ou leur ex-conjointe.

    « La vidéo a décuplé l’impact de ce meurtre dans l’opinion, explique Zelal Ayman, militante des droits des femmes. Les images sont terribles, mais d’un autre côté sans ce genre d’images les gens ne voient pas, ne saisissent pas pleinement la cruauté de ces crimes. »

    À lire aussi : Turquie: un clip de rap crée le buzz sur les réseaux sociaux

    Depuis cinq  ans, les autorités turques ne publient plus de statistiques sur les violences contre les femmes. Les militantes comme Zelal s’appuient sur des articles de presse. Et elles sont unanimes : les meurtres sont en augmentation. Au moins de 225 femmes tuées en 2018. Au moins 261 depuis le début de l’année. Inlassablement, les ONG répètent leurs revendications.

    « La priorité, c’est d’appliquer les lois, ajoute Zelal Ayman. Le Code pénal, la loi contre les violences faites aux femmes, la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes. Si la Turquie appliquait ces textes, une grande partie du problème serait déjà réglée. »

    Les ONG réclament aussi que les meurtriers de femmes ne bénéficient plus d’aucune remise de peine. L’ex-mari d’Emine Bulut devrait ainsi tenter d’expliquer aux juges, comme il l’a fait aux policiers, qu’elle l’avait « provoqué ». Le parquet a réclamé contre lui une peine incompressible de prison à vie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.