GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    L'UE retire la Suisse de sa liste «grise» des paradis fiscaux

    media La Suisse avait adopté une réforme fiscale en octobre 2018, mais sa mise en oeuvre et son entrée en vigueur avaient été retardées. AFP

    Les 28 États membres de l'UE ont retiré ce jeudi 10 octobre la Suisse de leur liste dite « grise » des paradis fiscaux, estimant que le pays « se conforme à tous les engagements en matière de coopération fiscale ».

    « Si la Suisse sort de cette liste, c'est un succès pour moi. La meilleure liste, c'est la plus courte », s'est félicité le Commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse ce jeudi à Luxembourg.

    La Suisse faisait partie de la liste dite « grise » qui regroupe tous les mauvais élèves en matière fiscale ayant pris des engagements non encore concrétisés, depuis le début de son établissement par l'UE le 5 décembre 2017.

    Comment justifier la décision des 28 ce jeudi ? En octobre 2018, le gouvernement suisse avait adopté une réforme fiscale, mais sa mise en œuvre et son entrée en vigueur avaient été retardées en raison d'un référendum. Les modifications sont maintenant effectives et seront appliquées à partir du 1er janvier 2020.

    Cependant, l'ONG Oxfam, qui lutte contre l'évasion fiscale, a regretté la décision des ministres des Finances de l'UE. « La Suisse a aboli ses régimes fiscaux préférentiels, mais elle offre encore aux entreprises des incitations fiscales importantes et des taux bas. Cela continuera probablement d'attirer les entreprises qui cherchent à éviter de payer leur juste part d'impôt », a déclaré ce jeudi dans un communiqué Chiara Putaturo, conseillère d'Oxfam en matière de politique fiscale.

    Accord sur la fin du secret bancaire

    Le 27 mai 2015, l'Union européenne et la Suisse avaient signé un accord sur la fin du secret bancaire suisse pour les résidents de l'UE. Cet accord permet d'empêcher la dissimulation de revenus non déclarés sur des comptes dans le pays.

    Plus récemment, le 20 février dernier, l'Union des banques suisses (UBS), le plus gros établissement bancaire du pays, a écopé d'une amende de 3,7 milliards d'euros - la sanction financière la plus élevée jamais infligée par la justice française - pour avoir aidé des contribuables français à échapper au fisc.

    L'échange automatique de renseignements est maintenant la norme. La Suisse a déjà transmis des informations sur deux millions de comptes à ses partenaires. Mais la fin du secret bancaire ne veut pas dire la fin de la place financière suisse. Les placements en provenance des pays du Golfe ont par exemple augmenté ces dernières années.

    Quatre autres pays sortis de la liste

    Hormis la Suisse, quatre pays ont également quitté la liste « grise » de l'UE : l'Albanie, le Costa Rica, l'île Maurice et la Serbie, selon un communiqué publié lors d'une réunion des 28 ministres européens des Finances à Luxembourg.

    Les Émirats arabes unis et les îles Marshall ont pour leur part quitté la liste « noire » des paradis fiscaux, qui regroupe les pays ou territoires considérés comme « non coopératifs », c'est-à-dire n'ayant pas pris d'engagement de bonne conduite en matière fiscale.

    La liste noire ne compte plus que neuf « mauvais élèves » : les Samoa américaines, le Belize, les Fidji, Guam, Oman, le Samoa, Trinité-et-Tobago, les Îles Vierges américaines et le Vanuatu.

    Les ministres des Finances de l'UE avaient dressé pour la première fois ces deux listes, noire et grise, il y a un peu moins de deux ans à la suite de plusieurs scandales, dont les Panama Papers et LuxLeaks, pour mieux lutter contre l'évasion fiscale des multinationales et des grandes fortunes.

    Les sanctions à l'encontre des pays « blacklistés » sont assez limitées. Il est simplement prévu de geler les fonds européens qu'ils auraient pu recevoir.

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.