GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine
    • Hong Kong: les manifestants cernés dans le campus doivent se rendre (cheffe de l'exécutif)
    Europe

    Hongrie: journée de vote à Budapest, dans les bastions du maire sortant

    media Gergely Karacsony, le candidat de l'opposition à Budapest, ce dimanche 13 octobre 2019. REUTERS/Bernadett Szabo

    C'est un important jour d'élections municipales en Hongrie. Face au Fidesz du Premier ministre Viktor Orban, hégémonique à tous les échelons de la politique de longue date, l'opposition unie espère remporter quatre ou cinq villes, dont Budapest.

    Avec notre envoyée spéciale à Budapest,  Anissa El Jabri

    Dans la capitale hongroise, les sondages donnent depuis des semaines les deux candidats au coude-à-coude pour les municipales.

    Après une campagne délètere, RFI s'est rendu ce dimanche matin dans un bureau de vote du bastion local du maire sortant, Istvan Tarlos, le candidat du pouvoir.

    « Je vote Orban depuis 1989 »

    En couple ou en famille avec poussette, les allers-retours au bureau de vote sont nombreux. Sans surprise, le cœur électoral du parti de Viktor Orban, les personnes âgées, lui restent fidèles.

    « Je reste fidèle à ceux qui ne m’ont pas déçue, dit cette électrice. Ils s'occupent du développement de la ville, d'aider les familles. Et puis nous, les retraités, ils nous donnent toujours quelque chose. »

    « Moi, confie un homme, je vote pour Viktor Orban et son parti depuis 1989 et la chute du communisme. Il a été courageux à ce moment-là, et il resté un homme courageux. »

    D'enjeux locaux, il est rarement question dans les discussions. Ici, on vote « pour » ou « contre » le pouvoir.

    Faible mobilisation pour le scrutin

    « Il faut qu'il y ait des contre-pouvoirs, que les opinions dans toute leur diversité soient prises en compte et entendues. Ça, ça améliore la façon de gouverner, ça permet de trouver des compromis. C’est important que le pouvoir ne soit pas concentré dans les mêmes mains. »

    Jusqu'ici, les élections locales mobilisaient peu. Cette fois-ci, la participation semble connaître un léger sursaut. Fermeture des bureaux de vote à 19 h.

    ► À lire aussi : En Hongrie, l’opposition unie face aux attaques du pouvoir

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.