GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Europe

    Croatie: mobilisation contre les violences sexuelles après un fait divers sordide

    media Manifestants contre les violences sexuelles le 19 octobre 2019 à Zagreb, en Croatie. Denis LOVROVIC / AFP

    Quatorze manifestations de soutien à une jeune victime de viols en réunion avaient lieu ce 19 octobre en Croatie. La protestation fait suite à l'arrestation, puis la remise en liberté, de cinq très jeunes adultes, accusés d'avoir violé une adolescente d'une quinzaine d'années pendant plus d'un an.

    Avec notre correspondant régional, Laurent Rouy

    Plusieurs milliers de personnes dans la capitale Zagreb, et dans 13 villes de Croatie, ont réclamé justice et ont exprimé leur colère suite à un sordide fait divers révélé la semaine dernière. Une mineure de la ville de Zadar, dans le sud du pays, avait été violée pendant un an par cinq jeunes de la ville. Ces derniers auraient filmé leurs ébats et utilisé ces vidéos pour contraindre la victime à de nouveaux rapports sexuels.

    Mais c'est le comportement de la justice qui a le plus choqué, puisque les suspects ont été laissés en liberté après l’enquête. Ils auraient pour cela bénéficié d'appuis politiques. Le tribunal les a finalement fait arrêter le 18 octobre, pour tenter de limiter la contestation.

    Trop tard. Dans les rangs des manifestants, de nombreuses personnalités ont appelé à une prise de conscience des violences faites aux femmes, ainsi qu'à l'abolition, dans la loi, de la distinction entre le viol et l’étonnant délit de « rapport sexuel sans consentement », réputé moins grave en droit croate. Elles ont réclamé aussi le dépaysement de l'affaire de Zadar pour éviter les pressions sur les juges ainsi qu'une meilleure prise en charge des victimes de crimes sexuels.                                                                                         

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.