GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine
    • Hong Kong: les manifestants cernés dans le campus doivent se rendre (cheffe de l'exécutif)
    • La Chine dit être la seule à pouvoir statuer sur la Constitution de Hong Kong (porte-parole du Parlement)
    Europe

    Manifestations en Catalogne: le dilemme de Pedro Sanchez

    media Le chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sánchez. REUTERS/Sergio Perez

    Ce 20 octobre avait lieu la neuvième nuit consécutive de turbulences et de violences en Catalogne, notamment à Barcelone. Face à cette situation, le chef du gouvernement central Pedro Sánchez se retrouve devant un dilemme : durcir sa position ou se montrer plus flexible.

    Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

    À seulement trois semaines des élections législatives générales, Pedro Sanchez, le chef du gouvernement socialiste, doit faire face au conflit en Catalogne et à toutes les violences qui s’y déroulent. Dans les jours à venir, Pedro Sanchez devrait maintenir sa stratégie, à savoir tenter d’isoler Quim Torra.

    Le chef de l’exécutif catalan, séparatiste militant, a tenté par trois fois ce week-end d’initier un dialogue avec Madrid. Sans succès. Pedro Sanchez exige au préalable sa condamnation totale et sans ambiguïtés des violences commises par les jeunes radicaux. Si le leader indépendantiste Quim Torra est décrédibilisé, le chef de file socialiste aura beau jeu de se poser comme l’homme de la situation, à la fois modéré et ferme.

    Mais la partie est de toute façon très difficile pour Pedro Sanchez. À mesure que les violences augmentent à Barcelone, une bonne partie de l’opinion, des médias et surtout des partis de droite lui demandent d’agir, de mettre de l’ordre dans la région rebelle. C'est-à-dire, comme le demande la droite, de mettre la Catalogne sous tutelle et de destituer le séparatiste Quim Torra. Pour l’heure, le chef du gouvernement mise sur la prudence. Les événements à venir se chargeront de dicter sa conduite vers plus de modération ou davantage de fermeté.

    ► À lire aussi : Catalogne: ces partisans de l'unité espagnole qui ne veulent plus des violences

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.