GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    • Manifestations à Hong Kong: mort d'un homme de 70 ans blessé par un jet de brique (hôpital)
    • Les eurodéputés valident la candidature du Français Thierry Breton à la Commission européenne (sources parlementaires)
    • Au moins 7 personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles (shérif et médias)
    • Premier décès en Belgique attribué à l'usage de la cigarette électronique (ministre)
    • Hôpitaux: Macron dit avoir «entendu la colère et l'indignation» du personnel soignant
    • Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo appelle à nouveau tous les pays à rapatrier leurs jihadistes détenus en Syrie
    • Les États-Unis vont «continuer à diriger» la lutte contre le groupe État islamique (Pompeo)
    Europe

    Trois Portugaises d'origine africaine entrent au Parlement, une première

    media Le Parlement portugais a connu une féminisation inédite lors des dernières élections législatives avec 38% de femmes présentes dans l'hémicycle. PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP

    L’Assemblée nationale portugaise, issue du scrutin du 6 octobre, accueille trois Luso-Africaines, des femmes issues des communautés des anciennes colonies, bien décidées à faire avancer le débat sur l’égalité. Une première historique.

    Joacine Katar Moreira, Beatriz Gomes Dias et Romualda Fernandes ont créé une véritable surprise au soir des législatives portugaises du 6 octobre dernier. C’est la première fois, depuis les débuts de la démocratie portugaise, en avril 1974, et la fin des guerres coloniales, que les Portugais élisent des ressortissantes des anciennes colonies.

    L’évènement est qualifié d’historique. Car s'il y a déjà eu des représentants du peuple issus des minorités - aux origines indo-mozambicaines, de Goa et même luso-africaines -, jamais encore trois femmes noires n’avaient été amenées à arpenter ensemble les allées du palais de São Bento.

    Joacine Katar Moreira officialise même un doublé, puisque tête de liste de son parti, le Livre (« Libre », gauche écologiste), elle fait entrer sa formation pour la première fois à l’Assemblée. Comme ses deux collègues députées, Joacine Moreira est d’origine bissau-guinéenne. Et tout comme Béatrice Dias et Romualda Fernandes, son engagement dans la lutte contre le racisme et les inégalités est ancien. Ainsi que son implication au service de l’intégration de la femme noire, minorité entre les minorités.

    Combat contre le racisme et lutte pour l'intégration

    L’engagement, c’est sans nul doute ce qui pointille le plus le parcours de Joacine Katar Moreira. La jeune femme de 37 ans, arrivée au Portugal à l’âge de 8 ans, est diplômée d’histoire contemporaine, en études du développement et en études africaines. En 2018, elle a cofondé l’Inmune, l'Institut de la femme noire au Portugal. « Nous sommes les héritières d’une immense histoire, faite de violences et d’exploitation : l’esclavage, le colonialisme, en tant que femmes immigrées et aujourd’hui comme descendantes. Mais toujours vues comme des personnes étrangères », explique-t-elle au journal Diario de Noticias.

    Beatriz Gomes Dias est, elle aussi, d’origine bissau-guinéenne, mais née à Dakar, au Sénégal. Issue d’une famille aisée, elle avoue avoir voulu longtemps gommer sa différence et tenter surtout de se fondre dans la masse. Diplômée en biologie, matière qu’elle enseigne dans un lycée, Beatriz Gomes Dias s’est engagée progressivement dans la lutte pour la reconnaissance des droits des minorités, notamment au sein de SOS racisme et de son association Djass, dédiée à la culture et à l’éducation. À 48 ans, elle est membre de la seconde génération des résidents d’origine africaine. Mais pour Béatrice Gomes Dias, le constat est amer : « Les choses n’ont pas beaucoup changé. Ni pour nous, ni pour les plus jeunes, ceux de la troisième génération. Le discours sur l’esclavagisme et la représentation du Noir qui en découle s’applique toujours dans le Portugal d’aujourd’hui. Et c’est dû à l’ignorance du rôle joué par le pays dans l’esclavage », explique la députée du Bloco de Esquerda (extrême gauche). Très engagée dans la lutte anti-raciste, elle s’est fait connaître pour son combat, en 2017 et 2018, en faveur d’un mémorial de l’esclavage.

    Romualda Fernandes est peut-être la personnalité la moins bien connue du grand public. Pourtant cette femme de 65 ans, elle aussi originaire de Guinée-Bissau, n’a jamais ménagé ses forces pour lutter contre l’exclusion. Juriste de formation, spécialiste du droit international des migrants, elle a occupé de nombreuses fonctions importantes au sein du Haut Commissariat pour l’immigration et a été consultante pour l’OIM, l'Organisation internationale des migrations. Discrète, Romualda Fernandes n’en est pas moins une ardente défenseuse de l’inclusion par la voie de la représentation institutionnelle, afin de « donner à voir » des communautés sous représentées dans la société. Elle est militante du Parti socialiste, vainqueur de l’élection du 6 octobre, depuis plus de 20 ans, et désormais députée élue pour ce parti.

    Des objectifs communs

    L’absence de représentativité des communautés africaines était souvent citée comme un frein au débat sur l’intégration et l’égalité des Noirs dans la société portugaise. C’est donc une étape sociologiquement et politiquement importante qui vient d’être franchie.

    Invité récemment par l’université de Lisbonne pour des débats sur ces questions, le sociologue anglo-américain Stephen Small notait que sur 4 200 députés recensés dans 12 pays européens, 23 seulement étaient noirs et 17 d’entre eux venaient du Royaume-Uni.

    Au Portugal, les trois femmes sont investies par leurs partis pour centrer le débat sur les politiques identitaires, de reconnaissance des minorités et d’égalité des genres. Sur ce point, le trio de Luso-Africaines pourra compter sur une féminisation également inédite du Parlement avec 86 députées élues sur 230, soit 38 % de l’Assemblée, pour une parité de 40 % fixée par une loi adoptée en 2018. Les socialistes assument d’ailleurs pour la première fois un positionnement clair sur ces questions jusque-là débattues essentiellement à l’aile gauche de l’hémicycle. Mais s’il existe de nombreux points de convergences entre les différents partis, les méthodes ne font pas toujours l’unanimité. Par exemple, celle des quotas que souhaite le Livre de Joacine Katar Moreira.

    Les trois nouvelles parlementaires devront, sans nul doute, batailler ferme pour imposer un changement du discours, imposer leur lutte contre les discriminations ethno-raciales. D’autant plus que, ironie de l’histoire, un député d’un parti populiste, xénophobe, homophobe et raciste entre également à l’Assemblée. Une autre « première » pour la jeune démocratie portugaise de 45 ans, jusqu’ici totalement réfractaire à une représentation de cette idéologie au sein de ses représentations.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.