GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Syrie: l'Otan bien embarrassée par l'offensive turque contre les Kurdes

    media Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg à Bruxelles le 18 octobre 2019. Kenzo Tribouillard/Pool via REUTERS

    La réunion semestrielle des ministres de la Défense de l’Otan s'ouvre ce jeudi 24 octobre à Bruxelles. Lors d'une conférence de presse, son secrétaire général Jens Stoltenberg n’a pu cacher les vives dissensions au sein de l’Alliance atlantique au sujet de la situation en Syrie.

    Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

    Pour Jens Stoltenberg, cela n’aurait aucun sens de chercher à cacher les différences sur la Syrie entre pays membres de l’Otan. Vingt-deux des 29 pays de l’Alliance atlantique sont membres de l’Union européenne et l’UE a formellement demandé à la Turquie de se retirer de Syrie. Le président français a été encore plus explicite en qualifiant de folie l’intervention militaire turque et a accusé l’Otan de faute lourde.

    L’Alliance atlantique, qui comprend évidemment la Turquie et les États-Unis, s’est bien gardée d’élever la voix, et son secrétaire général n’a rapporté de sa visite à Ankara aucune assurance de la Turquie. Forcé de rappeler les préoccupations sécuritaires turques, Jens Stoltenberg ne peut guère aller plus loin que d’affirmer que l’Otan doit être une plate-forme pour le débat diplomatique et le débat entre les ministres de la Défense promet d’être très vif.

    Aucune perspective de suspension

    Il n’y a aucune perspective d’une quelconque suspension de la Turquie mais plusieurs pays envisagent une sorte de rappel à l’ordre. Ce sera évidemment exprimé en termes diplomatiques et peut-être plutôt lors de rencontres individuelles, mais pour les trois quarts des pays de l’Otan l’offensive turque menace la sécurité de l’Europe.

    Jens Stoltenberg se refuse au moindre commentaire sur l’accord russo-turc sur la Syrie et se contente d’estimer qu’avec le cessez-le-feu la situation s’est améliorée mais il avertit tout de même que les résultats de la lutte contre l’État islamique en Syrie ne doivent pas être menacés.

    La création d'une zone de sécurité internationale ?

    Par ailleurs, la défense anti-aérienne de la Turquie dans le cadre de l’Otan est assurée par deux pays, l’Italie et l’Espagne et celle-ci a déjà annoncé le retrait de Turquie de ses batteries de missiles. Mais la Turquie n’est pas seule dans le collimateur, car certains pays reprochent au secrétaire général de l’Otan d’avoir qualifié de légitimes les préoccupations sécuritaires de la Turquie.

    La conséquence la plus lourde de ces tensions pourrait être un changement d’attitude des pays qui en Europe ont toujours fait confiance aux États-Unis pour leur sécurité, puisqu’ils les accusent officieusement d’avoir causé cette situation.

    La proposition de la ministre allemande de la Défense de créer une zone de sécurité internationale sera peut-être le seul point qui permettra aux alliés un débat un peu plus serein.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.