GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    Asie-Pacifique

    Ankara veut expulser les jihadistes étrangers, même déchus de leur nationalité

    media Le ministre turc de l'Intérieur, Süleyman Soylu, s'est dit prêt à expulser les jihadistes étrangers retenus en Turquie vers leur pays d'origine. Ahmet Bolat/Pool via REUTERS

    La Turquie a annoncé ce mardi avoir arrêté, dans le nord de la Syrie, une sœur d'Abou Bakr al-Baghdadi. Cette annonce survient au moment où Ankara presse les Occidentaux de récupérer leurs ressortissants arrêtés. 

    Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    « Nous ne sommes pas un hôtel pour membres de l’État islamique. » La formule, signée du ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, est abrupte, mais elle exprime la lassitude des autorités d’Ankara face au nombre grandissant de jihadistes étrangers détenus dans le pays.

    Elle illustre aussi leur rancœur face aux États qui dénoncent les actions de la Turquie en Syrie et l’accusent de compliquer la lutte contre le groupe État islamique, tout en refusant de récupérer leurs ressortissants partis rejoindre les rangs de cette organisation.

    Les capitales occidentales s’inquiètent des risques sécuritaires que pourraient créer ces retours et de leur impopularité dans l’opinion publique.

    Ankara dénonce notamment des pays comme la France, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas, qui ont déchu de leur nationalité des jihadistes présumés pour éviter d’avoir à les récupérer. La Turquie a jugé le procédé « inacceptable » et a promis de les renvoyer dans leur pays « que ces derniers leur retirent leur nationalité ou pas ».

    Selon les chiffres officiels, près de 1 200 membres étrangers du groupe État islamique sont actuellement détenus en Turquie. Ankara affirme par ailleurs avoir capturé 287 jihadistes et membres de leur famille dans le cadre de son offensive récente contre les forces kurdes en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.