GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    «Fake news»: Facebook refuse d'interdire les publicités politiques

    media Après que Twitter a interdit les publicités politiques, les débats ont principalement tourné autour de la stratégie de Facebook en la matière. LOIC VENANCE / AFP

    Des représentants des Parlements de neuf pays se sont rassemblés jeudi 7 novembre à Dublin pour le 3e comité international sur les « fake news » (ragots, contrevérités). Des représentants des réseaux sociaux y ont évoqué la désinformation, le développement des discours de haine. Après que Twitter a interdit les publicités politiques, les débats ont principalement tourné autour de la stratégie de Facebook en la matière.

    Avec notre correspondante à Dublin, Emeline Vin

    D’emblée, la représentante de Facebook Monika Bickert a rappelé les actions du réseau social contre les fake news : chasse aux faux comptes, fins des promotions sur les publicités politiques. Mais elle a exclu leur interdiction, qu’elles soient vraies ou fausses : « Nous ne sommes pas la police du monde et nous ne retirons pas de contenus simplement parce qu’ils sont faux. Nous n’avons pas à déterminer, à la place des citoyens, ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas voir en termes de véracité de la part de leurs politiciens. Dans l’audience des politiciens, il y a une forte probabilité qu’au moins une personne sache si quelque chose est faux, et fasse passer le mot ! »

    → A lire aussi : Twitter bannit les publicités politiques, réactions contrastées aux États-Unis

    Cet argument a rapidement été battu en brèche par le sénateur américain David Cicilline en raison du micro-ciblage des publicités offert par Facebook. « Les politiques peuvent micro-cibler leurs pubs grâce à Facebook, a-t-il affirmé. Par exemple, vers des hommes, de 55 à 75 ans, qui conduisent des camions et regardent Fox News. Ce qui limite fortement la diffusion de certaines publications. Vrai ou faux ? » « Il y a des limites dans la précision mais oui, c’est vrai », a répondu Monika Bickert.

    À l’issue de la journée, les parlementaires se sont engagés à proposer dans leurs pays respectifs des lois pour mettre en place un moratoire sur les fausses publicités micro-ciblées. Un engagement non daté mais dont les participants espèrent qu’il poussera les géants du net à agir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.