GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    Europe

    Présidentielle en Roumanie: le PSD pourra-t-il rebondir?

    media L'actuel sénateur social-démocrate Titus Corlatean. RFI/Romania

    Premier tour de l’élection présidentielle en Roumanie ce dimanche 10 novembre. Si le président libéral Klaus Iohannis est quasi assuré d’arriver en tête, la deuxième place est âprement disputée. Pour la première fois depuis le retour de démocratie, fin 1989, le PSD, n'est pas certain d'être présent au second tour.

    Avec notre envoyée spéciale à Bucarest, Anastasia Becchio

    Dans son grand bureau de la monumentale Maison du peuple, le sénateur social-démocrate Titus Corlatean, ancien ministre des Affaires étrangères, fait le point avant le premier tour de scrutin.

    Son parti a essuyé une série de revers ces derniers mois : il y a eu le mauvais score aux Européennes, la condamnation dans la foulée à trois ans et demi de prison de Liviu Dragnea, l’homme fort de la gauche, puis la motion de défiance envers le gouvernement de Viorica Dancila. Pour autant, Titus Corlatean reste optimiste.

    « On a une certaine expérience politique dans le domaine du combat électoral. On savait que si le gouvernement tombait, bien sûr, il y aurait un certain impact, mais immédiatement après la chute du gouvernement socio-démocrate, le parti politique a commencé à monter. »

    Accusés de corruption, de clientélisme et d’avoir voulu mettre à mal l'indépendance de la justice, les socio-démocrates ont été contestés pendant de longs mois dans la rue. Ils sont aujourd’hui affaiblis, mais ils gardent une base électorale solide, rappelle Cristian Pirvulescu doyen de l’école d’études politiques de Bucarest.

    « La campagne, les petites villes, c’est-à-dire presque dans la moitié de la Roumanie, est dominée par le PSD. Et puis, il ne faut pas oublier que le président du conseil du département est à 60% PSD aussi. »

    Une base sur laquelle le parti compte s’appuyer lors des élections locales puis législatives l’an prochain.

    Deux autres candidats se disputeront la seconde place : Dan Barna, chef d'un jeune parti pro-européen (USR) et l'ancien acteur Mircea Diaconu.

    À écouter et lire aussi : Roumanie: peu de suspense dans la course à la présidence

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.