GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    British Steel racheté par un groupe chinois

    media British Steel, deuxième asciériste britannique, avait été fragilisé par le divorce annoncé du Royaume-Uni et de l'Union européenne. © REUTERS/Scott Heppell

    Le sidérurgiste en faillite British Steel a été racheté par le groupe chinois Jingye pour un montant de 81 millions d’euros, selon les médias. Le gouvernement britannique devrait contribuer au sauvetage par l’intermédiaire de garanties de prêts et d’autres soutiens financiers, afin de sauver les quelque 4 000 emplois de la compagnie.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    British Steel est le numéro deux du secteur au Royaume-Uni derrière Tata Steel et assure un tiers de la production d’acier britannique. Il a été contraint à la faillite en mai, faute de liquidités suffisantes et après l’échec de discussions avec le gouvernement sur une nouvelle injection d’argent frais. Le sidérurgiste avait rendu le Brexit responsable de ses difficultés financières en pointant les incertitudes qui plombent la demande en acier de ses clients européens.

    La firme chinoise Jingye prévoit d’augmenter la production et d’investir 1,4 milliard d’euros dans les 10 prochaines années pour améliorer les équipements et les rendre plus économes en énergie. C’est en particulier la production de rails de chemins de fer dont British Steel est spécialiste qui intéresse le groupe Jingye, déjà producteur de fer et d’acier et qui emploie 23 000 salariés en Chine. Ses responsables assurent vouloir préserver des milliers d’emplois tout en se gardant de promettre de sauvegarder les quelque 4 000 salariés des complexes de Scunthorpe et Teesside.

    Malgré tout, la réaction à ce rachat est mitigée au Royaume-Uni : si les employés et les syndicats du secteur saluent l’annonce d’un accord rassurant pour l’avenir immédiat de milliers d’ouvriers, ils restent prudents quant aux intentions à long terme du groupe. Les partis d’opposition, eux, critiquent ce rachat à bas prix par la Chine dont la concurrence féroce a justement contribué au déclin du secteur en Europe.

    ►À lire aussi : Les taxes Trump réorientent le commerce de l'acier

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.