GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Décembre
Mercredi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Congrès du Sinn Féin: le Brexit, une occasion pour la réunification

    media La vice-présidente du Sinn Féin en Irlande du Nord, Michelle O'Neill, ici, à Londonderry, le 25 janvier 2019. REUTERS / Clodagh Kilcoyne

    En Irlande, le parti nationaliste Sinn Féin tient ce week-end son congrès annuel à Derry, en Irlande du Nord. Le parti est présent des deux côtés de la frontière. Depuis toujours, la réunification des deux Irlande fait partie de ses revendications. Mais cette année, elle semble plus prégnante que jamais.

    Avec notre envoyée spéciale à Derry,  Emeline Vin

    Le palais des Congrès de Derry est tapissé d’affiches aux couleurs de l’Irlande. Sur ces posters, le mot d’ordre de cette édition 2019 : Time for Unity, le temps de la réunification.

    Dans son discours d’ouverture, la vice-présidente Michelle O’Neill donne le ton : « Nous entamons une décennie d’opportunités. La seule solution au chaos du Brexit, c’est l’unification. La question n’est plus de savoir si, mais quand se tiendra le référendum sur la réunification. Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar ne peut plus ignorer cette réalité. J’appelle son gouvernement à réunir un forum pour mettre  en place ces discussions. Leo, réveille-toi, car ton peuple a un temps d’avance. »

    « Je suis certaine d’une chose : le référendum arrive », a martelé Michelle O’Neill. Mais dans la foule des membres venus assister au congrès, tous ne sont pas aussi catégoriques, à l'instar de Martin McGovern, encarté depuis des années.

    « Je pense que ça va prendre deux, trois ans encore. Il y a une nouvelle dynamique. Dans l’accord du Vendredi saint, il est dit qu’on peut organiser un référendum si le contexte change. Il ne pourrait pas plus changer qu’avec la sortie de l’Union européenne. Bien sûr, le référendum va se tenir, c’est certain. Mais on ne va pas faire comme les Anglais, on va d’abord discuter. »

    Le débat sur l’unité irlandaise était le premier au programme. Toutes les motions soutenant la réunification ont été largement adoptées.

    À lire aussi :Report du Brexit: quel impact pour Dublin en Irlande?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.