GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Géorgie: la police anti-émeute disperse les manifestants

    media La police anti-émeute disperse des manifestants lors d'une manifestation contre le gouvernement réclamant des élections législatives anticipées à Tbilissi, en Géorgie, le 18 novembre 2019. REUTERS/Irakli Gedenidze

    La police anti-émeute géorgienne a fait place nette : elle a dispersé lundi soir plusieurs centaines de manifestants anti-gouvernementaux qui campaient devant le Parlement à Tbilissi depuis la semaine dernière pour protester contre le rejet d'une réforme électorale pourtant promise par le pouvoir et demander des élections anticipées.

    Toute la zone située en face du Parlement a été complètement vidée des manifestants. Après quelques avertissements, la police anti-émeute a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour disperser les protestataires.

    Plusieurs centaines de personnes bloquaient l'accès au bâtiment et les rues environnantes, dont la principale artère de la capitale, l’avenue Rustavéli, où des tentes avaient été plantées.

    Les manifestants ont finalement été repoussés vers la place de la Liberté, située à deux pâtés de maisons du Parlement.

    → À lire aussi : Géorgie: 20000 manifestants devant le Parlement, un mouvement sans précédent

    À l’origine de ce nouveau mouvement : le rejet, la semaine dernière, par le Rêve géorgien, le parti au pouvoir, d'une réforme du système électoral. Elle leur avait pourtant été promise l’été dernier par le chef de la formation majoritaire, l'oligarque Bidzina Ivanichvili, pour mettre fin à une série de manifestations.

    Après cette dispersion par les forces de l’ordre, l’ancienne présidente du Parlement, Nino Bourdjanadze, dénonce une tentative d’intimidation de l’opposition et estime qu’il s’agit d’un « suicide politique » pour le pouvoir.

    Ce dernier ne semble pas près de céder : le maire de Tbilissi, qui est aussi secrétaire général du Rêve géorgien, l'ancien footballeur Kakha Kaladzé, accuse l'opposition de « déstabiliser le processus politique avec des mises en scène destructrices et bas de gamme ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.