GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: des parents de manifestants incarcérés en appellent à Vladimir Poutine

    media Les parents de détenus se sont regroupés devant l'administration présidentielle, ce mardi 19 novembre 2019 à Moscou. Alexander NEMENOV / AFP

    Depuis les rassemblements de l’opposition l’été dernier à Moscou, une quinzaine de manifestants ont été jetés en prison. Leurs parents ont formé un collectif pour dénoncer une « parodie de justice » et en appeler au président russe.

    Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

    Devant les portes de l’administration présidentielle, la mère d’un jeune lit à voix haute la lettre adressée à Vladimir Poutine. D’autres parents, dont les enfants ont été jetés en prison, l'entourent.

    C’est le cas de Mikhaïl Barchaï. Son fils de 21 ans est détenu depuis le mois d’octobre. « Il a participé aux manifestations de cet été et il est accusé d’avoir poussé un policier. D’habitude, dans ce genre d’affaires, les gens sont assignés à résidence. Mais nos enfants, ils ont été arrêtés et jetés en prison », se révolte-t-il.

    Le mois dernier, les parents de ces jeunes détenus ont décidé de créer un collectif pour dénoncer des poursuites qu’ils jugent totalement abusives. « Cette lettre à Vladimir Poutine est une lettre de désespoir. Parce que les parents des détenus n’ont pas d’autre solution. La justice ne s’intéresse pas aux preuves, parce que tout est politique à 100 % », affirme Alexandra Krylenkova, militante des droits de l’homme et membre du collectif.

    Rongés par le désespoir et l'incompréhension, les parents des détenus se sentent totalement démunis face au système judiciaire et se disent inquiets pour leurs enfants. « Andreï est étudiant, ce n’est pas un voyou ! Depuis son arrestation, nous ne l’avons pas vu une seule fois, déplore Mikhaïl Barchaï. On a pu lui transmettre quelques affaires et c’est tout. Maintenant, on n’a plus qu’à attendre. »

    Attendre la prochaine audience, et un verdict qui pourrait être lourd. Plusieurs manifestants arrêtés cet été ont déjà été condamnés à des peines allant de deux à quatre années de prison ferme.

    Ecouter le reportage: une lettre «de désespoir» à Vladimir Poutine 20/11/2019 - par Daniel Vallot Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.