GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Accusé de meurtre en Syrie, un mercenaire russe lié au groupe Wagner, identifié

    media Vue du village de Baghouz, dans la province de Deir-Ezzor, le 24 mars 2019. (photo d'illustration) GIUSEPPE CACACE / AFP

    Le journal russe Novaya Gazeta affirme avoir identifié l’un des mercenaires russes actifs en Syrie qui ont été accusés d’avoir torturé et décapité un déserteur. Dans son enquête publiée jeudi 21 novembre, le titre fait le lien entre ces mercenaires et le groupe Wagner présent en Syrie, ainsi que dans plusieurs pays d’Afrique.

    Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

    Les images sont d’une très grande violence et montrent un groupe de mercenaires s’acharner sur un homme à terre. La victime est frappée à coups de masse puis démembrée et finalement décapitée. Les tortionnaires, le visage masqué, s’expriment en russe, et échangent des plaisanteries cruelles sur leur victime, évoquant le barbecue et la partie de football qu’ils s’apprêtent à faire.

    Une première vidéo, diffusée en 2017 n’avait pas permis d’identifier les tortionnaires. Mais en se basant sur de nouvelles images, diffusées le mois dernier, le journal Novaya Gazeta a réussi à identifier l’un des mercenaires, qui apparaît cette fois à visage découvert.

    Selon le quotidien, l’homme est une recrue du groupe Wagner, une compagnie de mercenaires russes présente en Syrie depuis plusieurs années. Quant à la victime, il s’agirait d’un déserteur syrien, originaire de Deir Ezzor.

    Interrogé lors de son point de presse quotidien, le porte-parole du Kremlin s’est refusé à commenter l’information – comme à chaque fois que des mercenaires russes sont impliqués. « En tous cas, il n’y a pas de lien avec notre opération militaire en Syrie, s’est contenté de dire Dmitri Peskov, et il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter pour la réputation » de la Russie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.