GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Selon l'OMS, les adolescents ne font pas assez de sport

    media En matière d'efforts physiques quotidiens chez les ados, la France récolte le bonnet d’âne des pays occidentaux avec l'Australie et l'Italie. NICOLAS TUCAT / AFP

    D'après l'agence des Nations unies pour la santé, plus de 80% des enfants scolarisés entre 11 et 17 ans ne font pas une heure d'activité physique chaque jour au moins. C'est pourtant le minimum recommandé par les spécialistes.

    Avec notre correspondant à Genève,  Jérémie Lanche

    Nos adolescents deviennent-ils fainéants ? À en croire une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la réponse est oui. Et la France est particulièrement à la traîne, bien plus que les États-Unis. Avec 87% des ados en dessous de l'heure d'exercices physiques par jour, le pays récolte le bonnet d’âne des pays occidentaux avec l'Australie et l'Italie. La France fait moins bien que le Pakistan ou le Kenya.

    Cela ne surprend qu'à moitié la docteure Regina Guthold, à l'origine de l'étude de l'OMS. Dans le système scolaire français, les matières telles que « les maths, le français, les langues » ont plus d'importance que l'activité physique. « En France, je sais que les enfants vont à l'école du matin jusqu'au soir. Ils viennent à la maison, ils ont des devoirs à faire. Comment ces enfants peuvent-ils faire une heure d'activités physiques par jour si toute la journée est pleine avec les activités scolaires ? »

    Dans le top des pays où les jeunes se bougent le plus, il y notamment le Bangladesh, l'Irlande et les États-Unis - où le sport est mieux intégré au cursus scolaire. L'étude voit aussi un fossé se creuser entre les garçons et les filles, encore moins nombreuses à pratiquer un activité physique. Deux raisons principales, selon l'OMS : l'idée encore largement répandue que le sport est réservé aux garçons, et le sentiment d'insécurité que peuvent ressentir les jeunes femmes dans l'espace public.

    Pour aller plus loin : le rapport de l'OMS

    ► Écouter sur RFI : La bigorexie, l'addiction au sport

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.