GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Sommet de l'Otan: Donald Trump, un hôte bien encombrant pour Boris Johnson

    media Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 3 décembre 2019 à Salisbury. REUTERS/Hannah McKay/Pool

    La réunion de l’Otan se tient dans un contexte tendu pour les membres de l’Alliance, et la présence du très imprévisible président américain Donald Trump est une parenthèse à haut risque dont les conservateurs se seraient bien passés à neuf jours des législatives anticipées.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Lors de sa première conférence de presse ce mardi matin, Donald Trump a promis qu’il ne se mêlerait pas des législatives britanniques même s’il n’a pas pu s’empêcher de glisser qu’il était fan du Brexit et que Boris Johnson, « un homme très compétent », ferait du « très bon travail ».

    Surtout, le président américain a assuré que les États-Unis n’étaient pas intéressés par le NHS, les services de santé publics « même si on leur présentait sur un plateau ».

    Un « ami » qui vous veut du bien

    Donald Trump a clairement compris le message, mais les stratèges conservateurs doivent pourtant continuer à serrer les dents et espérer que le président garde effectivement ses distances avec son « ami Boris ».

    Le chef de la Maison Blanche est bien trop impopulaire au Royaume-Uni pour que son soutien s’avère un atout. D’ailleurs, depuis le début de la campagne, les adversaires de Boris Johnson, travaillistes en tête, agitent l’épouvantail Trump, et accusent les conservateurs de vouloir brader le système de santé public aux Américains pour obtenir un accord commercial post-Brexit.

    Jeremy Corbyn multiplie les provocations : il a adressé une lettre au président américain rappelant que le NHS n’était pas à vendre et espère bien échanger quelques mots avec Donald Trump lors du banquet organisé par la reine à Buckingham dans la soirée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.