GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les dirigeants de l'Otan adoptent une déclaration finale malgré les différends

    media Le secrétaire général Jens Stoltenberg lors de la conférence de presse finale du sommet de l'Otan. REUTERS/Yves Herman

    Les 29 membres de l'Otan ont adopté, mercredi 4 décembre, à l'issue d'un sommet du 70e anniversaire pourtant marqué par d'importantes dissensions, une déclaration commune affirmant leur « solidarité, unité et cohésion ».

    « La solidarité, l'unité et la cohésion sont des principes fondamentaux de notre Alliance », ont rappelé mercredi les 29 membres de l'Otan dans une déclaration commune à l'issue du 70e sommet de l'Alliance atlantique dans un golf à Watford, en banlieue de Londres. La phrase n'est pas anodine alors que des dissensions sont apparues ces derniers mois. « L'Otan reste le fondement de notre défense collective et le forum essentiel pour les consultations et la prise de décision en matière de sécurité entre Alliés », rappelle le communiqué publié à l'issue d'une réunion. 

    Le texte relève aussi les « menaces » que représentent « les actions agressives » de la Russie, comme « le terrorisme sous toutes ses formes » tout en assurant être une alliance uniquement « défensive », qui « ne représente une menace pour aucun pays ».

    « Les Alliés sont fermement attachés à la pleine mise en application du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) dans tous ses aspects, à savoir le désarmement nucléaire, la non-prolifération et les utilisations de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques », rappelle aussi le communiqué. 

    Le problème majeur de l'Alliance, c'est d’avoir des États qui finalement ont des objectifs divergents...

    Amélie Zima, docteur en sciences politiques, enseignante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et spécialiste de l’Otan. 04/12/2019 - par Achim Lippold Écouter

    Une unité bien difficile à préserver

    Dans ce communiqué final, pour la première fois, l’Otan reconnaît la montée en puissance de la Chine comme un « défi », évoquant par exemple l'enjeu de la 5G.

    Les membres de l'Alliance ont tenté tant bien que mal de préserver leur unité pour ce 70eme anniversaire de l'Otan, mais les dissensions restent nombreuses et le rendez vous a aussi été assombri par un départ précipité de Donald Trump, qui a quitté le Royaume-Uni sans faire de conférence de presse finale.

    Le président américain était semble-t-il très vexé. Il faut dire que les 25 secondes d'une video où les Premiers ministres néerlandais, canadiens, britanniques ainsi qu'Emmanuel Macron étaient rassemblés donnaient le sentiment qu'ils se moquaient de lui, rappelle notre envoyée spéciale à Watford, Anissa El Jabri.

    Les électeurs américains se soucient d'abord et avant de ce qui se passe au niveau local (...) et pas nécessairement à l'image, à la position des États-Unis dans le monde...

    Maud Quessard, maitre de conférences et spécialiste de politique étrangère américaine. 04/12/2019 - par Sylvie Noël Écouter

    Dissensions Paris-Ankara

    À la fin de ce sommet, la presse americaine n'avait que cette vidéo à la bouche. « Le Premier ministre canadien est un hypocrite » a lâché Donald Trump piqué au vif avant de quitter le sommet avant tout le monde. 

    Au chapitre des dissensions sur le fond des discussions, la situation ne s'arrange toujours pas entre Paris et Ankara. « Il n'y a pas de consensus possible avec la Turquie sur la définition du terrorisme » a affirmé Emmanuel Macron.

    La définition turque du terrorisme n'est pas du tout partagée par l'ensemble des Alliés...

    Amélie Zima, docteur en sciences politiques, enseignante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et spécialiste de l’Otan. 04/12/2019 - par Achim Lippold Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.