GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: les accrochages entre pro-Russes et pro-Kiev se multiplient

    media Des pro-Russes s'en sont pris à une manifestation de partisans d'une «Ukraine unie» à Donetsk, le 28 avril 2014. REUTERS/Marko Djurica

    Alors que les Etats-Unis et l’Union européenne ont décidé de prendre de nouvelles sanctions contre la Russie, les observateurs militaires de l’OSCE sont toujours retenus à Slaviansk. Et sur le terrain, les séparatistes pro-russes maintiennent la pression dans toute la région de Donetsk. Plus d'une douzaine de villes de l'est de l'Ukraine se trouvent actuellement sous contrôle des pro-Russes. Moscou a réaffirmé qu'il n'envahirait pas l'Ukraine, selon le Pentagone.

    Avec nos envoyés spéciaux à Donetsk, Anastasia Becchio et Bertrand Haeckler

    Une manifestation de partisans d'une « Ukraine unie » a mal tourné lundi en fin de journée à Donetsk. A coups de battes de baseball et de barres de fer, des militants pro-russes s’en sont pris en plein centre de Donetsk, à des gens qui manifestaient pour l’unité de l’Ukraine. Dans la foule, des supporters du club de foot du Shakhtior Donetsk, mais aussi des hommes, des femmes, des enfants, sortis dans la rue, avec pour seule arme, le drapeau jaune et bleu et des slogans tels que « l’Est et l’Ouest ensemble ». Le cortège a rapidement été attaqué par des pro-Russes très remontés. Des manifestants, à terre ont été sauvagement battus par des hommes, pour certains cagoulés, qui scandaient « Russie, Russie », tout cela sous les yeux de la police, complètement dépassée. Plus de 20 personnes ont été blessées.

    Un peu plus tôt, à Donetsk, quelques centaines de militants portant des masques et armés de battes de baseball avaient attaqué une agence de la banque Privat, qui appartient à un milliardaire récemment nommé gouverneur de la région voisine de Dnipropetrovsk, d'où viennent une partie des unités militaires mobilisées par les autorités de Kiev dans le cadre de leurs opérations menées contre les séparatistes de la région de Donetsk.

    Le drapeau de la « République populaire de Donetsk » flotte aussi désormais au-dessus d'un nouveau bâtiment administratif. Les insurgés pro-russes armés se sont emparés lundi matin de la mairie de Kostiantynivka, une commune de 80 000 habitants, située sur la route entre Donetsk et Slaviansk.

    La mairie de Kostiantynivka bat pavillon pro-Russes 28/04/2014 - par Anastasia Becchio Écouter

    A Kharkiv, le maire controversé et pro-russe, Guennadi Kernes, 54 ans, a été grièvement blessé par balle ce lundi également. Guennadi Kernes avait été accusé en février par les nouveaux dirigeants ukrainiens, favorables à un rapprochement avec les Occidentaux, de promouvoir le séparatisme dans l'est de l'Ukraine en lançant des appels à l'indépendance lorsque les séparatistes pro-russes se sont emparés de bâtiments officiels. Dans la ville de Kharkiv, des affrontements ont opposé dimanche après-midi les supporters de football qui défilaient pour une « Ukraine unie » et dont la route a croisé celle de militants pro-Russes.

    A Slaviansk, la situation n'a pas beaucoup évolué ce lundi. Des dizaines d’otages seraient détenus, selon les services spéciaux ukrainiens. Entouré d'hommes lourdement armés, le maire autoproclamé Viatcheslav Ponomarev a fait une courte apparition devant le bâtiment qu'il occupe pour annoncer en substance qu'il n'avait rien à dire. Interrogé sur le sort des membres de la mission de l'OSCE retenus en otage depuis vendredi, il s'est contenté d'affirmer qu'ils étaient sains et saufs. Les autorités autoproclamées de la ville tenteraient de les échanger contre des séparatistes de Donetsk, emprisonnés.

    Réunion d'urgence de l'OSCE sans parvenir à afficher un front uni

    Avec notre correspondant à Vienne, Nathanaël Vittrant

    Le Conseil permanent de l’OSCE s’est réuni en urgence ce lundi. Mais encore une fois, c’est la division de la communauté internationale que cette nouvelle réunion d’urgence met en évidence. Pour l’ambassadeur ukrainien, la situation à l’est du pays porte un nom bien précis :

    « Meurtres, enlèvements, tentatives de s’emparer illégalement de bâtiments et d’armes : bien sûr ces actions peuvent être définies comme des actes terroristes. Et en tant que tels ils appellent une réponse unique de la part de l’OSCE. Malheureusement, la Fédération de Russie n’a pas voulu condamner ces actes de terrorisme dans et autour de Slaviansk ».

    De son côté, l’ambassadeur russe préfère rappeler que les observateurs internationaux détenus dans la ville étaient des observateurs militaires et non pas civils. Une mission que la Russie n’avait pas approuvée.

    « Moscou considère que la libération de ces observateurs militaires serait une bonne mesure pour désamorcer la situation. Il faut quand même dire que les faire venir dans une zone aussi tendue était une provocation. Cela étant dit, nous nous sommes prononcés publiquement en leur faveur et nous espérons le succès des négociations ».

    La Russie assure qu’elle prend part activement aux processus de négociations sur place, sans toutefois donner plus de détails. Interrogé sur les nouvelles sanctions annoncées par Washington, l’ambassadeur russe répond dans un sourire que les menaces et l’intimidation ne pourront pas se substituer au dialogue.

    Pour Moscou, les sanctions sont illégitimes

    Si les Russes sont impressionnés par les nouvelles sanctions de Washington, ils cachent bien leur jeu. Celles-ci auront pour principal effet de consolider les élites sans vraiment affecter l’économie russe. Ni les hauts fonctionnaires, ni les entreprises ne sont effrayés : c'est ce qu’a expliqué hier Andreï Beloussov, un conseiller de Vladimir Poutine.

    Les nouvelles sanctions visent les sociétés proches du président russe et surtout deux membres de son cercle restreint : Igor Setchine, le patron de la compagnie pétrolière publique Rosneft et Sergueï Tchemezov, le directeur général de la compagnie de technologie Rostec. Les Etats-Unis ont également prévu d’interdire l’exportation d’équipements de haute technologie qui pourraient renforcer les capacités militaires de la Russie.

    Pour Moscou, ces nouvelles mesures sont non seulement illégitimes, mais en plus elles rappellent les pages les plus sombres de la guerre froide. Hier le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov accusait Washington d’avoir perdu le sens des réalités et d’être en train de mettre de l’huile sur le feu. La Russie va être obligée désormais de riposter, a prévenu le diplomate et la réponse sera « douloureuse pour Washington ».

    → A (RE)LIRE : Ukraine: des forces françaises se déploient à Malbork, en Pologne

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.