GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Décembre
Mercredi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le procès en Belgique de Salah Abdeslam a été reporté au 5 février 2018 (tribunal de Bruxelles)
    • Afghanistan: attaque en cours contre un centre d'entraînement militaire à Kaboul (ministère)
    • L'aviation israélienne bombarde des positions du Hamas à Gaza après des tirs de roquettes sur le sud d'Israël (armée)
    • L'électricité a été rétablie à l'aéroport d'Atlanta, aux Etats-Unis, après une panne géante (aéroport)
    Europe

    Vaste offensive de l'armée ukrainienne à Sloviansk

    media Soldat ukrainien à un checkpoint près de Slaviansk, à l'est de l'Ukraine. REUTERS/Baz Ratner

    Dans l’est de l’Ukraine, les forces ukrainiennes ont lancé une nouvelle opération militaire tôt ce 2 mai au matin. Elles se sont attaquées au symbole même des séparatistes pro-russes, la ville de Sloviansk. Dans le port d'Odessa, des heurts entre pro-Kiev et pro-Russes ont fait trois morts.

    Avec notre envoyé spécial dans la région, Daniel Vallot (les heures sont indiquées en temps universel)

    21h15 : Moscou s'est dite « indignée » par « le nouveau crime commis à Odessa » qui a fait 31 morts (bilan officiel) dénonçant l’« irresponsabilité criminelle » des autorités pro-occidentales de Kiev.

    19h30 : à Sloviansk, la situation est très évolutive, depuis l'aube de ce vendredi. Après une courte accalmie, les combats ont repris entre soldats et séparatistes : deux militaires ont été tués a indiqué le ministère de la Défense. Une chose sûre : l'armée ukrainienne n'est pas parvenue à reprendre le contrôle total de la ville. Au contraire, le bilan de l'armée est maigre : seul neuf check-points ont été récupérés. Les soldats ukrainiens sont positionnés dans les faubourgs de Sloviansk, alors que les pro-Russes tiennent toujours l'essentiel de cette ville de 130 000 habitants.

    19h : dans le port d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, 31 personnes (bilan officiel revu à la baisse) ont trouvé la mort dans l'incendie d'un immeuble des suites d'une intoxication à l'oxyde de carbone ou en sautant par la fenêtre, selon le ministère de l’Intérieur qui ne donne aucun autre détail sur les circonstances précises du sinistre. Le feu s'est déclaré à la suite d'affrontements qui ont opposé des partisans de l'unité de l'Ukraine et des militants pro-russes.

    A Odessa, la Maison des syndicats a pris feu. 31 personnes sont mortes, selon le ministère de l’Intérieur. REUTERS/Yevgeny Volokin

    16h40 : à Odessa, ville à majorité russophone, le bilan des affrontements entre partisans de l'unité ukrainienne et des militants pro-russes s'alourdit. L'agence Reuters rapporte trois morts et quinze blessés. Selon la police locale, des cocktails molotovs auraient été jetés, ainsi que d'autres engins explosifs.

    Pour le journaliste indépendant Boris Toumanov, joint à Moscou par RFI, l'actuelle intervention dans l'Est peut mener à l'escalade et une intervention armée de la Russie : « la situation a atteint le degré que Moscou pourrait très bien utiliser comme prétexte pour une intervention militaire pacifique pour sauver les russophones du "carnage" ou du "génocide" comme l'on dit ici. »

    16h30 : Barack Obama, dans une conférence de presse avec la chancelière allemande Angela Merkel en visite aux Etats-Unis, a déclaré que la Russie s'exposait à de nouvelles sanctions « sectorielles » si les élections en Ukraine du 25 mai venaient à être perturbées. Angela Merkel a renchéri en affirmant que la l'Europe était prête à lancer la « phase 3 » des sanctions économiques contre la Russie.

    15h20 : le Premier ministre russe Dmitri Medvedev s'est exprimé sur l'intervention de l'armée urkrainienne dans l'est du pays : Kiev « doit mettre fin au meutre de ses propres citoyens ». Le leader séparatiste de Donetsk, Denis Pouchiline, affirme de son côté que l'assaut contre Sloviansk « retardera » la libération des inspecteurs étrangers et ukrainiens de l'OSCE.

    14h35 : Le président ukrainien par intérim Olexandre Turchtimov demande à la Russie de cesser « l'hystérie et les menaces ». On dénombre « beaucoup de morts » côté rebelles et deux côté ukrainien dans l'offensive à Sloviansk, a-t-il ajouté.

    14h32 : Quatre insurgés pro-russes, accusés d'avoir tiré sur les hélicoptères ukrainiens ce matin, ont été capturés par les militaires ukrainiens.

    Les insurgés pro-russes soupçonnés d'avoir tiré avec des lance-roquettes portables sur des hélicoptères ukrainiens dans la matinée du 2 mai 2014. AFP PHOTO/ UKRAINIAN DEFENCE MINISTRY PRESS-SERVICE

    14h06 : La Russie demande une réunion du Conseil de sécurité à l'ONU. La demande russe est motivée par « la grave escalade de la violence dans l'est de l'Ukraine » et la réunion sera publique, ont-ils précisé. Cette réunion se tiendra, selon les diplomates, ce vendredi même.

    14h05 : Pendant que l'assaut se poursuit à Sloviansk dans l'est de l'Ukraine, des manifestants pro-russes et pro-ukrainiens s'affrontent à Odessa, au sud du pays au bord de la mer Noire. Un homme a été tué par balles. Il y aurait par ailleurs des dizaines de blessés.

    14h00 : La chancelière Angela Merkel est arrivée à la Maison Blanche à Washington pour un entretien avec Barack Obama, qui sera suivi d'une conférence de presse commune. 

    Le président américain Barack Obama et Angela Merkel, la chancelière allemande, à la Maison Blanche, ce 2 mai 2014. REUTERS/Kevin Lamarque

    13h55 : Les 28 membres de l'Otan doivent augmenter leur budget consacré à la défense malgré leurs difficultés financières pour faire face à Moscou qui, « sur le long terme », va chercher à « tester » l'Alliance atlantique, a estimé Chuck Hagel, le chef du Pentagone vendredi.

    13h45 : Le maire autoproclamé de Sloviansk, le chef rebelle Viatcheslav Ponomarev, a demandé dans un message vidéo aux « femmes, enfants et retraités de ne pas sortir de chez eux » et à « tous les hommes armés d'aider » les insurgés. Il a dit avoir subi des pertes du côté pro-russe, sans préciser combien d'hommes étaient morts depuis l'assaut lancé ce matin. « Nous allons défendre la ville, nous allons gagner », a-t-il martelé.

    13h30 : Le ministre russe de l'énergie, Alexandre Novak, assure que Gazprom réduira en juin ses livraisons à l'Ukraine si la facture en cours n'est pas payée au mois de mai.

    13h15 : Une équipe de journalistes américains de la chaîne CBS dit, sur Twitter, avoir été détenue brièvement par des militants pro-russes en fin de matinée.

    12h40 : Les habitants de Sloviansk, en tout cas ceux qui acceptent de parler aux médias, se disent solidaires des insurgés pro-russes mais s’inquiètent bien sûr pour leur famille et pour eux-mêmes, rapporte notre envoyé spécial à Sloviansk, Daniel Vallot.

    « J’ai entendu les hélicoptères, puis ensuite des coups de canons, raconte un homme. Maintenant ça s’est calmé, mais à mon avis ça va reprendre. Ils ne vont pas s’arrêter là. Est-ce que l’armée va réussir à prendre la ville ? Je ne pense pas, d’ailleurs nous sommes tous avec les miliciens. Ici c’est notre ville et nous nous connaissons tous plus ou moins. »

    12h20 : La crise dans l’est de l’Ukraine devrait être au centre de l’entrevue qui doit se dérouler à Washington entre la chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Barack Obama, ce vendredi à 14h TU.

    11h10 : « Le recours à l'armée contre son propre peuple est un crime qui mène l'Ukraine à la catastrophe », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, dans un communiqué diffusé ce vendredi midi. La Russie se dit « indignée » par l’assaut en cours mené par les forces ukrainiennes contre des séparatistes pro-russes à Sloviansk.

    Il n'est pas du tout impossible que la Russie se saisisse de ce prétexte pour en effet intervenir comme un acteur ouvert, ou si vous voulez, comme un acteur qui joue à face ouverte sur l'échiquier ukrainien.
    André Filler Maître de conférences à l’université Paris 8 et à l’Institut français de géopolitique 02/05/2014 - par Alexandra Cagnard Écouter

    11h : Les autorités ukrainiennes annoncent le retrait des séparatistes des bâtiments publics qu’ils occupaient à Lougansk. Selon un communiqué du ministère ukrainien de l’Intérieur, leur départ a été négocié par les autorités locales.

    10h50 : L’Union européenne observe les évènements en cours en Ukraine avec une « inquiétude croissante ». C’est ce qu’a déclaré Maja Kocijancic, porte-parole de Catherine Ashton, la haute représentante de l'UE pour la politique étrangère, ce vendredi. Les Vingt-Huit réclament l’arrêt de toutes les « actions illégales » des groupes séparatistes.

    10h35 : Le directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’inquiète, au micro de RFI, de l’état de l’économie ukrainienne. Une situation souvent éclipsée dans les médias par les évènements politiques et militaires.

    On voit une paupérisation en Ukraine dont on ne parle pas beaucoup, car on est intéressé que par la dimension politique. Mais la dimension humaine m'inquiète beaucoup.
    Yves Daccord Directeur général du CICR 02/05/2014 - par Véronique Gaymard Écouter

    10h18 : Les négociations en vue de la libération des membres de l’OSCE retenus en otages par des séparatistes pro-russes à Sloviansk, sont « dans une phase très sensible », a indiqué le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier, à l'issue d'une rencontre avec son homologue suisse à Berne ce vendredi.

     → A (RE)LIRE : «La Russie n'a pas forcément intérêt à envahir l'est de l'Ukraine»

    9h56 : Plus au sud, à Donetsk (voir carte), des insurgés pro-russes se seraient rendus maîtres d’un poste de contrôle ferroviaire, rapporte l’agence Reuters citant un porte-parole des chemins de fer de la ville. La circulation des trains a « quasiment cessé ».

    9h25 : Moscou indique avoir dépêché hier, dans l'est de l'Ukraine, un émissaire, Vladimir Loukine, afin de participer à des négociations pour libérer les inspecteurs de l'OSCE détenus depuis une semaine par des séparatistes pro-russes à Sloviansk. L’opération menée par Kiev empêcherait le Kremlin de rentrer en contact avec son envoyé, indique Dmitri Peskov, porte-parole de Vladimir Poutine.

    9h00 : A l'entrée de la ville de Sloviansk, sur la route de Lougansk, les insurgés renforcent leurs barricades, constate l'envoyé spécial de RFI, Daniel Vallot. Un calme précaire règne sur la ville alors que les opérations militaires semblent avoir eu lieu plus tôt dans la matinée. Selon des miliciens pro-russes, un militaire ukrainien pourrait avoir été capturé.

    8h22 : la Russie demande l'aide de l'OSCE pour stopper « le raid de représailles » à l'est de l'Ukraine. Dmitri Peskov, porte-parole du président russe Vladimir Poutine a estimé que cet assaut détruisait le « dernier espoir sur la viabilité de l'accord de Genève », conclu à la mi-avril entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne pour une désescalade de la crise.

    Soldats ukrainiens positionnés à un check-point des rebelles , au sud de la ville. Les blindés sont présents. REUTERS/Baz Ratner

    8h05 : Selon les services de sécurité ukrainiens, le type d'armes utilisées contre les hélicoptères « témoigne que des spécialistes militaires étrangers qualifiés sont sur place ». Selon le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov, « les terroristes tirent en se cachant derrière les civils, et ils le font depuis de grands immeubles d’habitation ». Sloviansk est encerclée et neuf check-points pro-russes sont passés sous le contrôle de l’armée.

    7h50 : Sur sa page Facebook le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov a publié un message formulé ainsi : « Les autorités ukrainiennes exigent des terroristes qu'ils libèrent les otages, déposent leurs armes et quittent les bâtiments ». Arsen Avakov dit se trouver à Slaviansk avec le ministre de la Défense Mikhaïlo Koval et le commandant de la Garde nationale. Onze observateurs de l'OSCE, 7 étrangers et 4 Ukrainiens sont détenus à Sloviansk par les rebelles. Les négociations pour leur libération n'ont rien donné jusqu'à maintenant. Leur sort doit être évoqué ce vendredi 2 mai lors d'une rencontre entre le président américain Barack Obama et Angela Merkel à Washington. La chancelière allemande avait d'ailleurs demandé à Vladimir Poutine de faire « usage de son influence » dans le dossier des otages.

    7h35 : Selon les habitants de Sloviansk, les militaires ukrainiens auraient engagé l'offensive sur plusieurs points de la ville, mais c'est bien dans le sud de l'agglomération que l'essentiel de l'effort aurait été concentré. A l'intérieur de la ville, la situation reste calme.

    7h20 : Le ministère de la Défense ukrainien annonce que deux hélicoptères sont désormais à terre près de Sloviansk, et que deux militaires ont été tuésLes appareils ont été abattus par des lance-roquettes. Selon les autorités de Kiev, les combats sont très violents et il y aurait beaucoup de blessés. Les séparatistes auraient recours à l'artillerie lourde avec des lance-grenades, et des missiles anti-aériens portatifs, des informations données par le gouvernement ukrainien.

    6h50 : Les insurgés pro-russes affirment qu’un assaut a été lancé contre leurs positions. « Une offensive de grande ampleur », déclare ce matin un porte-parole des rebelles qui affirme qu’un hélicoptère de l’armée ukrainienne a été abattu. Selon un journaliste de l’agence Reuters présent sur place, un hélicoptère ukrainien a bel et bien ouvert le feu dans les faubourgs de la ville de Sloviansk et des coups de feu ont été tirés. D'après le ministère ukrainien de l'Intérieur, qui reconnaît la perte d'un appareil, un pilote d'hélicoptère a été tué et d'autres militaires blessés par des tirs de missiles anti-aériens. Par ailleurs, un check-point des rebelles aurait été pris par les Ukrainiens.

    Mais pour l’heure, pas d’autre information sur l’ampleur de cet assaut. S’il est confirmé, cet assaut sur les positions des rebelles pro-russes de Sloviansk marquerait en tout cas la première tentative réelle, de la part des autorités ukrainiennes, de tenter de mettre en œuvre une opération anti-terroriste afin d'essayer d’endiguer la contestation pro-russe qui ne cesse de marquer des points dans l’est de l’Ukraine.

    Slaviansk: barricade tenue par des rebelles, le 1er mai 2014. REUTERS/Baz Ratner

    La violence monte

    Il est difficile de ne pas relier cette opération avec les événements de ces derniers jours. Car les insurgés continuent de marquer des points dans l’est de l’Ukraine. Hier, le 1er mai, par exemple, les militants pro-russes se sont emparés du parquet régional à Donetsk, un assaut bref mais très violent. Les assaillants se sont emparés du bâtiment en moins d’une demi-heure en lançant des pavés et des cocktails Molotov sur les forces anti-émeutes qui étaient censées protéger le siège du parquet de Donetsk. Les policiers ont ensuite été contraints de refluer puis de rendre leur casque et leur bouclier avant d’évacuer les lieux, certains le visage en sang.

    Dès le départ de la police, les assaillants ont fouillé de fond en comble le bâtiment à la recherche d’armes qu’ils n’ont jamais trouvées. « Nous sommes ici pour rester », ont déclaré les insurgés qui veulent faire de leur nouvelle prise le siège du futur parquet de la République indépendante qu’ils veulent instaurer, qu’ils espèrent instaurer après le référendum sur l’avenir de la région qu’ils veulent toujours organiser le 11 mai 2014.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.