GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Septembre
Jeudi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Double Nobel de la paix 2014: la Pakistanaise Malala et l'Indien Satyarthi

    media Lauréats 2014 du prix Nobel de la paix. L'Indien Kailash Satyarthi et la Pakistanaise Malala Yousafzai. REUTERS/Adnan Abidi/Carlo Allegri/Files

    Le prestigieux prix Nobel a été dévoilé ce vendredi à 11h à Oslo. Le prix a été attribué à deux figures asiatiques : la très jeune Pakistanaise Malala Yousafza, 17 ans, et l'Indien Kailash Satyarthi, 60 ans. Le comité Nobel norvégien avait le choix entre 278 nominations, un record pour le prix lancé en 1901.

    Ce prix Nobel de la paix met en avant le combat pour l'éducation des enfants à travers le monde, plus précisemment en Inde et au Pakistan. Les deux lauréats sont des militants des droits des enfants.

    Malala Yousafza, figure du militantisme pour l'éducation

    En 114 ans d'histoire du Nobel, Malala est de très loin la plus jeune lauréate. Elle est devenue célèbre après avoir échappé à une tentative d’attentat des talibans au nord du Pakistan le 9 octobre 2012. Son agression avait fortement ému l’opinion dans le pays. La jeune prix Nobel de la paix avait été agressée pour son militantisme en faveur de l'éducation des filles au Pakistan.

    En juillet 2013, elle s'était rendue à l'ONU pour lancer un appel à l'éducation et à la tolérance. Elle avait alors 16 ans et s'adressait aux personnalités et au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon sans hésitation. Malala venait défendre les droits à l'éducation dans le monde. Elle en est devenue le symbole.

    Kailash Satyarthi le défenseur des enfants

    En accompagnant la jeune Malala, il la décharge, en quelque sorte, du poids que représente une telle nouvelle. L'Indien Kailash Satyarthi est reconnu, et ce de longue date, pour sa lutte en faveur de l'accès de tous les enfants à l'éducation. Moins célèbre aux yeux du grand publioc, ce pacifiste de 60 ans a, à maintes reprises, organisé des manifestations contre l'exploitation des enfants.

    En Inde, il risque régulièrement sa vie en exfiltrant de jeunes enfants qui travaillent dans des ateliers gérés par des patrons peu scrupuleux et peu respectueux des droits des enfants. Dans un pays où le travail des enfants est commun et s’effectue souvent avec les parents à cause de la pauvreté, Kailash Satyarthi tente de faire réagir ses compatriotes sans violence.

    Pour cela, son combat est d'ailleurs perçu comme la poursuite de la « tradition du célèbre Mahatma Gandhi ». Kailash milite depuis 1990 pour les droits des enfants. Il a créé une organisation Bachpan Bachao Andolan en 1980 permettant à quelques 80 000 enfants de sortir de l’exploitation.

    Extrait de l'annonce officielle du prix Nobel de la paix 2014 10/10/2014 - par France 24 Écouter

    Un double message de paix pour l'Inde et le Pakistan

    Certes, l'attribution du prix Nobel de la paix à ces deux personnalités, l'une originaire du Pakistan et l'autre de l'Inde, souligne l'importance du combat pour l'éducation des enfants. Mais peut-on s'empêcher de penser que cela ressemble aussi à un message de paix et d'apaisement du comité Nobel norvégien à destination des deux pays voisins ?

    Depuis plusieurs semaines, la tension ne cesse de croitre entre les deux Etats. En cause : la région disputée du Cachemire. Des accrochages meurtiers ont d'ailleurs eu lieu à plusieurs reprises. Le langage diplomatique entre l'Inde et le Pakistan s'est durci et passe par des mises en garde interposées.

    Les autres favoris

    Parmi les favoris, il y avait aussi le journal russe Novaïa Gazeta, rare média d'opposition dans la Russie de Vladimir Poutine, ainsi que son rédacteur en chef Dmitri Mouratov. Ces derniers s'étaient notamment distingués en publiant en Une le message suivant : « Pardonnez-nous, les Pays-Bas », après la destruction du vol MH17 au-dessus de l'Ukraine. Plusieurs journalistes de ce média russe ont par ailleurs été assasinés, comme Anna Politkovskaïa.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.