GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: deuxième baisse consécutive du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A en avril : -19.900 à 3,51 millions (ministère)
    Dernières infos
    Europe

    Syriza remporte les élections législatives en Grèce

    media Le dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras, après l'annonce de la victoire de son parti, dimanche 25 janvier à Athènes. REUTERS/Marko Djurica

    La gauche radicale formera le futur gouvernement en Grèce. Les résultats ne sont pas encore définitifs, mais Syriza aurait obtenu plus de 36 % des voix, contre un peu moins de 28 % pour les conservateurs de la Nouvelle démocratie. Le parti d'Alexis Tsipras rate donc de peu la majorité absolue. Un gouvernement pourrait être formé d'ici mercredi.

    Cet article est régulièrement mis à jour

    « Le peuple grec a écrit l'histoire », a déclaré le dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras, au soir de la victoire de son parti aux élections législatives grecques. Devant des milliers de partisans rassemblés sur l'esplanade de l'université d'Athènes, Alexis Tsipras a annoncé la « fin de la troïka » et un « signe important pour l'Europe qui change ». Il a néanmoins prévenu que le gouvernement grec serait « prêt à coopérer et à négocier avec [ses] créanciers pour une solution juste et bénéfique à tout le monde. »

    « Il n'y a ni vainqueur ni vaincus », a-t-il dit, la priorité étant de faire face aux blessures de la crise, de rendre justice et de couper les ponts avec les oligarques, l'establishment et la corruption. 

    Pas de majorité absolue

    Le parti de gauche radicale devancerait de plus de six points le parti de droite Nouvelle démocratie, actuellement au pouvoir. Syriza est ainsi crédité de 36 % des voix, contre 28 % pour celui du Premier ministre Antonis Samaras. Ce dernier a reconnu sa défaite auprès de son adversaire. « Le peuple grec a parlé et nous respectons sa décision », a-t-il déclaré. Aube doré est toujours la troisième force politique du pays avec 7 % des suffrages.

    To Potami faiseur de roi ? 26/01/2015 - par Tudor Tepeneag Écouter

    Selon les projections officielles, Syriza obtiendrait ainsi entre 149 et 151 sièges au Parlement, tandis que la majorité absolue est de 151. Le parti de gauche radicale devra donc s’allier pour gouverner. Plusieurs options sont possibles : avec les centristes de To Potami ou avec le Parti indépendant, ou encore avec les deux formations.

    En finir avec l'austérité

    Les électeurs se sont mobilisés différemment selon les quartiers, nous indique par ailleurs notre envoyé spécial à Athènes, Tudor Tepeneag. Dans le centre d’Athènes, la participation a été assez faible, entre 25 et 30 %. Elle a en revanche été beaucoup plus importante dans les quartiers populaires. C’est là où vivent ceux qui désirent le changement et qui repoussent en même temps le système politique actuel.

    Le désir des Grecs de rompre avec la politique d'austérité et avec tout un système politique arrivé à la faillite est très clair. Syriza est légitime et devra s'atteler à la lourde tâche d'obtenir un consensus avec les créanciers du pays sans décevoir ses partisans.

    Nouvelle démocratie espère que Syriza pourra tenir ses promesses

    Le parti de droite Nouvelle démocratie a bien résisté. Iannis Mirlis, secrétaire aux Affaires internationales de la Nouvelle démocratie, espère, malgré la défaite, que Syriza pourra tenir ses promesses : « Malheureusement les Grecs se sont laissés convaincre que Syriza peut apporter une nouvelle solution aux problèmes du pays, regrette-t-il. Nous craignons que ce ne soit pas si simple et qu’une telle solution ne soit pas vraiment réalisable, même si nous espérons que Syriza va réussir à sauver la Grèce. Avec ce qui se passe dans toute l’Europe, nous pensons surtout qu’ils devraient être bien préparés, dès demain, à supporter les négociations à venir pour obtenir de bons résultats pour les Grecs. Par ailleurs, même si nous n’avons pas encore le résultat final du vote, avec toutes les mesures que nous avons dû prendre, rester à 27 % alors que nous étions à 29 % en 2012, montre que les gens sont convaincus que nous avons fait de notre mieux pour sauver le pays. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.