GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    Europe

    Grèce: le contenu des réformes dévoilé

    media Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    « Du point de vue de la Commission, cette liste est suffisamment complète pour constituer un bon point de départ en vue d'une conclusion fructueuse de son examen ». Voici la première réaction officieuse à Bruxelles après l’annonce ce mardi matin de la bonne réception par les partenaires européens de la Grèce de la liste de réformes et de mesures demandées vendredi lors de la réunion de l’Eurogroupe, en échange de la prolongation de quatre mois du programme d’aide financière actuellement en cours. Mais quelles sont ces réformes ?

    « Nous sommes encouragés par l'engagement fort à combattre l'évasion fiscale et la corruption. » C’est en ces termes optimistes provenant de la Commission européenne qu’a commencé ce mardi matin l’évaluation des mesures présentées par la Grèce à la Commission, au FMI et au 18 autres capitales de la zone euro.

    Reste maintenant à voir si ces mesures seront validées lors de la téléconférence de l’Eurogroupe prévue en début d'après-midi (14h), précise notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet. Il faut cependant souligner que le suspense qui a prévalu jusqu’au dernier instant sur l’heure d’arrivée de cette liste est en grande partie due au fait qu’Athènes a tenu, hier lundi, à consulter ses partenaires européens en aval pour s’assurer de proposer des mesures acceptables.

    L'évasion fiscale et la corruption dans le collimateur

    La liste est divisée en quatre parties et en tête, le gouvernement grec a placé la lutte contre l'évasion fiscale et la corruption, détaille notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard. Il s'agit à la fois de repérer ceux qui ne payent pas leurs impôts, mais aussi d'améliorer la collecte de la taxe sur la valeur ajoutée. La Grèce compte également lancer un plan national de lutte contre la corruption. Il visera, par exemple, la contrebande de tabac et de carburant ou encore le blanchiment d'argent.

    Le gouvernement grec veut également continuer à économiser. Pas de licenciement de fonctionnaires ou de baisse des salaires, mais pas de hausse non plus et une réorganisation des services et des procédures.

    Sur les sujets de discordes avec ses partenaires européens, le gouvernement a choisi une ligne plus douce. Il ne parle par exemple plus d'effacer une partie des arriérés d'impôts. Il veut désormais uniquement différencier entre ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas payer. Il n'interdira pas les saisies des maisons de personnes endettées, mais elles devront être évitées dans le cas de personnes à faibles revenus.

    Sur la hausse du salaire minimum, la Grèce précise que le cadre et le timing sera décidé en consultation avec les partenaires sociaux, mais aussi avec les institutions européennes et internationales.

    Pas de marche arrière sur les privatisations actées

    Autre point important, la Grèce ne reviendra pas sur les privatisations déjà actées. Celles qui n'ont pas été lancées seront par contre revues. L'idée sera d'améliorer leurs conditions pour maximiser le profit de l'Etat et éviter les ventes à bas coût, telles que celles faites ces dernières années.

    Enfin, dans la dernière partie de la liste, le gouvernement maintient sa position : il veut s'attaquer à la crise humanitaire. Mais là aussi, il cherche à rassurer ses partenaires. Il faudra que ces mesures n'aient pas d'effets pervers sur la fiscalité.

    Berlin prudent

    Berlin, par la voix du vice-chancelier, a rapidement réagi aux préconisations grecques. « Je suis prudemment optimiste, après la journée de vendredi et celle d'aujourd'hui, que nous avançons pas à pas vers une solution du conflit », a ainsi déclaré Sigmar Gabriel.

    Les marchés financiers ont aussi rapidement pris en considérations les réformes prévues par Athènes. Le taux d'emprunt à 10 ans de la Grèce reculait sous les 9% mardi matin sur le marché obligataire en zone euro, les investisseurs se montrant rassurés par les engagements d'Athènes en matière de réformes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.