GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    • Manifestations à Hong Kong: mort d'un homme de 70 ans blessé par un jet de brique (hôpital)
    • Les eurodéputés valident la candidature du Français Thierry Breton à la Commission européenne (sources parlementaires)
    • Au moins 7 personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles (shérif et médias)
    • Premier décès en Belgique attribué à l'usage de la cigarette électronique (ministre)
    Europe

    Offensive turque contre EI et le PKK: nouvelle journée à haut risque

    media Samedi, la police a dispersé -en usant de canons à eau - le rassemblement lors des obsèques de Gunay Ozarslan, militante d’extrême-gauche tuée vendredi lors d’un raid des forces de l'ordre. REUTERS/Huseyin Aldemir

    Après deux nuits de frappes aériennes sur les positions de l’organisation Etat islamique au nord de la Syrie et sur les camps du PKK dans le nord de l'Irak, les bombardiers turcs sont restés au sol cette nuit. Mais en Turquie même, où toutes les manifestations demeurent interdites, la colère monte et les attentats se multiplient. Le président Erdogan et le Premier ministre ont eu 4h d’entretien samedi 25 juillet, sans faire d’annonce particulière.

    avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Après son attaque aérienne surprise de la nuit de vendredi à samedi sur les bases arrière du PKK au Kurdistan irakien, Ankara a reçu hier samedi un soutien de poids venu de Washington. L’émissaire spécial du gouvernement américain pour la lutte contre l’Etat islamique, Brett MacGurk, a indiqué « condamner les attentats terroristes de la rébellion kurde et respecter le droit de la Turquie à se défendre, assurant son allié d’une entière coopération dans sa lutte contre le PKK comme contre l’Etat islamique ».

    Voilà qui risque de conforter les autorités turques dans leur coup de force alors que ces opérations ont déclenché, avec les centaines d’arrestations effectuées depuis 48h, une vague d’agressions et d’attentats sans précédent.

    Le plus violent est survenu à Lice, près de Diyarbakir, en fin d’après-midi samedi, avec l’explosion d’une bombe télécommandée qui a tué 2 soldats et en a blessés 4 autres. De nombreux commissariats de police ont été mitraillés, dans le sud-est ou à Istanbul, blessant plusieurs policiers, ou parfois même incendiés, comme à Siirt. Les heurts entre manifestants et police se multiplient également : à Cizre un responsable du parti pro-kurde HDP est mort, tué par balles.

    Une grande marche pour la paix, en protestation contre l’attentat de Suruç qui a fait 32 morts lundi dernier, est prévue ce dimanche à Istanbul. Elle a été interdite par le gouverneur vendredi, mais ses animateurs ont décidé de passer outre et ont maintenu l’appel au rassemblement en changeant le lieu du rendez-vous.

    Le sentiment général est que l’attentat de Suruç n’aurait pas été possible sans la complaisance des autorités, et que le président Erdogan est complice du groupe Etat islamique.

    Reportage: samedi après-midi, la communauté kurde a manifesté à Paris pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Suruç 26/07/2015 - par Juliette Gheerbrant Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.