GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Catalogne: les indépendantistes remportent les élections régionales

    media Le chef de la coalition indépendantiste «Ensemble pour le oui», Artur Mas, salue ses partisans, à Barcelone, le 27 septembre 2015. REUTERS/Sergio Perez

    En Espagne, les Catalans ont voté très nombreux ce dimanche pour un scrutin annoncé comme historique. Selon des résultats partiels portant désormais sur plus de 99 % des bulletins de vote, les indépendantistes obtiennent la majorité absolue des sièges au Parlement catalan.

    Avec notre envoyé spécial à Barcelone, Romain Lemaresquier, et notre correspondant à Madrid, François Musseau

    Les résultats sont encore partiels, mais plus de 99 % des bulletins ont été dépouillés et les séparatistes sortent vainqueurs des élections régionales de Catalogne. « Nous avons gagné », a clamé Artur Mas, le leader des indépendantistes et président sortant du Parlement régional, en catalan, espagnol, anglais et français. La coalition « Ensemble pour le oui » d’Artur Mas avec l’appui de la gauche radicale catalane (CUP) remporte la majorité absolue des sièges au Parlement avec 72 sièges sur 135, alors qu’il devait en obtenir 68 pour obtenir la majorité absolue.

    « Artur Mas et les séparatistes ont échoué dans leur stratégie sécessionniste », a officiellement réagi le gouvernement central de Mariano Rajoy à Madrid. On peut s’étonner de la réaction du chef de l’exécutif espagnol après l’incontestable victoire des indépendantistes. Comme de celle d'ailleurs du leader socialiste Pedro Sanchez : « Ils ont perdu ce qu’ils présentaient comme un plébiscite ». C'est que si les indépendantistes ont clairement gagné en nombre de sièges, ils ont perdu en suffrages exprimés du fait d’une loi électorale qui donne aux campagnes un avantage sur les villes.

    Une victoire en demi-teinte ? 

    En effet, si l’on additionne les voix d'« Ensemble pour le oui » et celles de la CUP, les deux formations ne totalisent que 47,8 % des suffrages. Et les conditions posées par les indépendantistes pour lancer leur projet d'indépendance étaient claires : non seulement obtenir la majorité absolue, mais aussi la majorité des voix.

    Malgré tout, les électeurs indépendantistes semblent pour le moment se satisfaire de cette victoire. « Je pense qu'avec une majorité comme celle que l'on a obtenue aujourd'hui, on va enfin nous écouter et on arrêtera de dire que ce ne sont que quelques guignols qui souhaitent l'indépendance, se réjouit cette étudiante. On voit clairement la volonté du peuple. Avant, on disait qu'il y avait une majorité silencieuse qui ne disait rien. Aujourd'hui, enfin, cette majorité a eu l'opportunité de voter et on peut clairement voir une augmentation de la participation qui va dans cette direction. Maintenant il s'agit de négocier avec l'Etat espagnol et on verra ce qu'il en ressortira et ce qu'il est près à nous offrir. S'il nous a entendu ou au contraire, s'il continue à faire la sourde oreille. Parce qu'il y a beaucoup d'hommes politiques qui disent que tout ça ne signifie rien. »

    Plus de 77 % de participation

    L’autre vainqueur de ce scrutin qui a fortement mobilisé avec 77,5 % de participation, c’est Ciudadanos, le parti libéral, qui passe de neuf sièges à 25 sièges, un résultat qui va au-delà de toutes les enquêtes d’opinion qui avaient été menées.

    Tandis que du côté des perdants, il y a le Parti socialiste (PSOE) qui perd quatre sièges. Et surtout, le parti au pouvoir, le Parti populaire, qui n’atteint pas les 10 % de vote. La campagne de la peur menée par ses dirigeants n’a pas porté ses fruits. Un résultat de mauvais augure avant les élections générales du 20 décembre prochain. Enfin, la version catalane de Podemos déçoit avec onze sièges, soit fortement en deçà des résultats escomptés.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.