GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • En raison d'un mot d'ordre de grève national, les antennes de RFI et la mise à jour des sites de RFI peuvent être perturbées ce mardi
    Europe

    Roumanie: incendie meurtrier dans une discothèque de Bucarest

    media Les secours évacuent les corps des victimes à la sortie de la discothèque de Bucarest, dans la nuit du 31 octobre 2015. REUTERS/Inquam Photos

    Au moins 27 personnes ont été tuées vendredi 30 octobre au soir dans une explosion et un incendie lors d'un concert de rock organisé dans une boîte de nuit de Bucarest, la capitale roumaine. D'après les autorités, on dénombre également 162 blessés, qui ont été transférés dans une dizaine d'hôpitaux de la ville.

    Avec notre correspondant à BucarestLuca Niculescu

    Pour Bucarest, c’est la plus grande tragédie après le tremblement de terre qui avait secoué la ville il y a quelques dizaines d’années. Sur les photos prises quelques instants avant la tragédie on peut voir des feux d’artifice allumés lors du spectacle d’un groupe rock qui jouait sur scène. Un des piliers a pris feux, puis les flammes se sont propagées au plafond, provoquant un intense dégagement de fumée.

    Tout s’est passé en moins de trente secondes et les gens se sont bousculés vers la seule sortie ouverte, une autre porte étant restée fermée.Il y avait environ 400 personnes dans la discothèque. La plupart des victimes sont décédées intoxiquées par la fumée, ou en raison des brûlures. Un rescapé raconte :

    « Tout a commencé d’un petit feu d’artifice. Ce n’était pas grand, un peu comme une chandelle qu’on met sur un gâteau d’anniversaire. Mais au lieu de s’éteindre, la flamme a touché le plafond. On a paniqué, les filles, surtout, ont commencé à crier très fort, on a commencé à se piétiner, à se marcher les uns sur les autres. Ce sont les plus forts qui ont survécu. À un moment donné j’ai hurlé qu’il fallait qu’on organise un peu la sortie, car sinon on risque de mourir tous. Et nous avons réussi. Mais les images sont atroces. Beaucoup de fumée, les pompiers, et des corps brûlés, sans vie. »

    Les autorités roumaines se mobilisent après la tragédie. Le ministère de l’Intérieur a déclaré l’alerte rouge à Bucarest, car les hôpitaux sont débordés par le nombre de blessés, alors que le ministre de la Santé a lancé un appel aux Bucarestois pour le don de sang, appel auquel plusieurs milliers de personnes ont déjà répondu. Alors que toutes les victimes n’ont pas encore été identifiées, des familles cherchent désespérément leurs proches dans les hôpitaux.

    Pas d'autorisation pour des shows pyrotechniques

    L’émotion et la révolte dominent à Bucarest qui s'est réveillée dans la douleur. « C’est un moment très triste pour notre nation, ma douleur est profonde » : telle a été la première réaction du chef de l’État, Klaus Iohannis. « Je suis ébranlé », a par la suite déclaré le président roumain après avoir visité les blessés dans les hôpitaux de la Capitale. « Je suis également révolté qu’une telle catastrophe ait pu se passer à Bucarest et j’espère que l’enquête avancera vite », a-t-il ajouté.

    Le Premier ministre Victor Ponta quant à lui, est rentré d’urgence d’une visite qu’il effectuait au Mexique. Il a annoncé un grand contrôle dans toutes les boîtes de nuit afin de vérifier le respect des normes de sécurité. Par ailleurs, le ministre de la Culture vient d’annuler le Festival national de théâtre qui se déroulait à Bucarest, un signe de plus que la Roumanie se prépare à faire le deuil.

    Alors que le Parquet a commencé une enquête, les médias pointent déjà du doigt les responsables de la discothèque qui organisait le concert, car ils n’auraient pas respecté les procédures contre les incendies. Un officiel roumain affirme que le club n’avait pas l’autorisation pour organiser des shows pyrotechniques.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.