GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Attentat à Istanbul: vague d'arrestations en Turquie

    media L'attaque, qui a eu lieu mardi 12 janvier 2016 dans la matinée dans le quartier touristique de Sultanahmet à Istanbul, a fait 10 morts et 17 blessés. AFP / Bulent Kilic

    Cinq personnes ont été arrêtées en Turquie après l’attentat qui a frappé mardi 12 janvier 2016 le quartier touristique de Sultanahmet à Istanbul, tuant dix touristes allemands. De nombreuses arrestations ont également été effectuées dans les rangs des militants du groupe Etat islamique.

    Les autorités turques n’ont pas attendu bien longtemps pour dévoiler l’identité du kamikaze qui s’est fait exploser dans le quartier de Sultanahmet mardi 12 janvier et son appartenance au groupe Etat islamique. Il s’agirait d’un Syrien né en 1988 entré quelques jours plus tôt en Turquie depuis la Syrie et inconnu des services de renseignement. Son identification a été permise par ses empreintes digitales, prises à son arrivée dans le pays. Selon la presse turque, il s’appelait Nabil Faldi. Né en Arabie saoudite, il était entré en territoire turc le 5 janvier comme réfugié. Une information confirmée ce mercredi soir par le Premier ministre lors d'une conférence de presse.

    Ahmet Davutoglu a également indiqué que quatre suspects ont été arrêtés ce mercredi en lien avec l'attentat. Un premier suspect avait déjà été arrêté la veille. 

    Dans la foulée de l’attentat, plusieurs rafles ont également été menées dans les milieux proches de l’organisation jihadiste, sans qu’il y ait cependant de lien apparent avec l’attaque. Des dizaines de militants présumés du groupe EI ont été arrêtés dès mardi. Selon l’agence de presse Dogan, relayée par l’AFP, les forces de l'ordre ont également procédé ce mercredi à l’arrestation de neuf personnes, à Antalya et Mersin, dans le sud du pays.

    Trois ressortissants russes arrêtés

    Trois ressortissants russes figurent parmi les personnes interpellées, une information confirmée par Moscou. Les trois Russes arrêtés auraient effectivement des liens avec des organisations terroristes, confirme l'agence russe Interfax qui cite des sources travaillant dans les structures concernées. L’un des trois suspects est recherché par les autorités russes qui auraient lancé un mandat international contre lui via Interpol, rapporte notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne. Il est soupçonné de collaboration avec des organisations terroristes. On sait peu de chose des deux autres, si ce n’est qu’ils ont quitté la Russie pour poursuivre des études dans un pays du Proche-Orient.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a publié un communiqué indiquant qu'il suivait le dossier. Les diplomates russes présents en Turquie cherchent à avoir accès aux suspects pour vérifier les circonstances de leur arrestation. Mais les trois hommes ont fait savoir à la police turque qu’ils refusaient d’entrer en contact avec les services consulaires russes.

    D'après les spécialistes, 2 400 Russes et presque autant de ressortissants des ex-républiques soviétiques ont rejoint les rangs du groupe Etat islamique. La crainte de leur retour au pays est l'une des raisons invoqués par Vladimir Poutine pour l'intervention militaire russe en Syrie.

    La place de Sultanahmet a été rouverte au public, mais elle est restée désertée par les touristes. Le Premier ministre Ahmet Davutoglu y a déposé des fleurs en compagnie du ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière. Ce dernier, qui a déclaré qu'« aucune indication » ne permettait d’affirmer que l’Allemagne était spécifiquement visée par l’auteur de l’attentat dans lequel dix touristes allemands ont été tués, a assuré que l'Allemagne n'allait pas demander à ses ressortissants d'éviter les séjours en Turquie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.