GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Le bilan des attentats en Norvège s'alourdit : au moins 87 morts selon la police

    media Des survivants de l'attentat de l'île d'Utoeya et leurs proches, à Oslo, le 22 juillet 2011. REUTERS/Fabrizio Bensch

    L'explosion d'une puissante bombe, vendredi 22 juillet, a fait sept morts et plusieurs blessés dans le quartier abritant le siège du gouvernement norvégien, à Oslo. Quelques heures plus tard, une fusillade faisait au moins 80 morts, selon la police, lors d'un rassemblement des jeunes du Parti travailliste du Premier ministre Jens Stoltenberg, sur l'île d'Utoya. Pour les forces de l'ordre, les deux attaques sont liées. L'auteur présumé de la fusillade a été interpellé.

    Un homme déguisé en policier a ouvert le feu sur la foule lors du rassemblement annuel du mouvement de jeunesse du Parti travailliste du Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, qui devait initialement se rendre à ce meeting sur l'île d'Utoya au nord-ouest d'Oslo.

    La police d'Oslo a estimé dans la nuit de vendredi à samedi que la fusillade a fait au moins 80 morts. Après l'attaque, plusieurs dizaines de personnes se sont jetées à l'eau, paniquées, pour fuir les lieux de l'attentat. Son auteur a été arrêté sur place. Il s'agirait d'un Norvégien de 32 ans lié, selon les autorités, à l'attentat à la bombe perpétré quelques heures plus tôt.

    Les bâtiments du gouvernement atteints

    Cliquer pour agrandir
    Un immeuble touché par l'explosion d'une puissante bombe dans le centre d'Oslo, le 22 juillet 2011. Reuters

    A 13 h 26 TU, une puissante bombe avait en effet ravagé le quartier gouvernemental en plein coeur d'Oslo et fait sept morts et neuf blessés grave. Des ministères ont été touchés par la déflagration, notamment le bureau du Premier ministre Jens Stoltenberg, qui ne se trouvait pas dans l'immeuble. L’agence de presse norvégienne NTB a indiqué que le chef du gouvernement était « en sécurité ».

    Si aucun bâtiment ne s’est écroulé, les dégâts matériels sont très importants et toutes les vitres des bâtiments du quartier ont été soufflées. C’est une situation chaotique, jamais vue en Norvège. Le quartier a été entièrement bouclé par la police et des chiens renifleurs passent l'endroit au peigne fin, à la recherche d'autres explosifs éventuels tandis que des pompiers luttent contre les flammes dans un paysage de désolation urbaine.

    Premier attentat de l'histoire de la Norvège

    La pire des choses en Norvège depuis l'invasion des Allemands en 1940.

    Une Française habitant à Oslo 23/07/2011 Écouter

    Le porte-parole de la police a indiqué qu'un véhicule avait été vu, circulant à grande vitesse, peu avant l'explosion sans toutefois pouvoir confirmer qu'il s'agissait d'une voiture piégée. Sur l'île d'Utoya, des explosifs non détonés ont par ailleurs été retrouvés dans la soirée de vendredi.

    Vous n'allez pas nous détruire ni détruire notre démocratie.

    Jens Stoltenberg, Premier ministre norvégien 23/07/2011 Écouter

    Dans la soirée, un responsable de la police a affirmé n'avoir « pas de théorie principale » ni « de thèse de travail ». Il s'agit du premier attentat de l'histoire du pays. La Norvège, membre de l'Otan, a été plusieurs fois menacée par le passé par des dirigeants d'al-Qaïda pour son implication dans la guerre en Afghanistan.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.