GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le ministre israélien de la Défense a annoncé sa démission du gouvernement suite à un désaccord profond concernant le cessez-le-feu à Gaza. Il a estimé devant la presse que l'accord de trêve était une «capitulation devant le terrorisme».

    Dernières infos
    Europe

    Le Premier ministre grec Georges Papandréou en passe de renoncer à son projet de référendum

    media Georges Papandréou souhaite désormais négocier avec l'opposition de droite. REUTERS/Yves Herman

    Alors que le G20 s’ouvrait à Cannes, ce jeudi 3 novembre, dans une atmosphère lourde, après l'annonce faite par Georges Papandréou d'organiser un référendum sur le plan de sauvetage européen, le Premier ministre semble désormais résolu à faire machine arrière. Malmené par la classe politique grecque, et ce jusque dans son propre camp, critiqué par ses alliés européens pour sa précipitation, il s'est dit en mesure de retirer son projet, et prêt à négocier avec l'opposition de droite.

    C'est donc vers un consensus droite-gauche sur le plan de sauvetage proposé par Bruxelles le 27 octobre dernier, que la Grèce semble s'acheminer. Ce 3 novembre 2011, pourtant, le pays s’apprêtait à sentir les secousses d’un énième séisme politique : après les défections successives au sein de son propre parti, le Pasok, au Parlement grec, Georges Papandréou voyait sa position considérablement affaiblie. L’annonce d’une probable démission bruissait même à Cannes, où les représentants des vingt plus grandes puissances économiques mondiales se réunissent actuellement, pour se pencher, notamment, sur la crise grecque et ses conséquences sur la zone euro.

    Après avoir convoqué dans l’urgence un Conseil des ministres extraordinaire, le Premier ministre grec a annoncé qu’il était prêt à retirer son projet de référendum, annoncé – avec trop de hâte pour beaucoup de commentateurs - en début de semaine. « Même si nous n’allons pas à un référendum, qui n’a jamais été une fin en soi […], je salue la position du parti de l’opposition de droite », a déclaré Georges Papandréou lors de ce Conseil des ministres. En effet, le leader de la formation politique Nouvelle démocratie (opposition), Antonis Samaras, s’est dit prêt à apporter son soutien à l’actuelle majorité sur un vote favorable au plan d’aide européen au Parlement.

    Pour autant, la tête de Georges Papandréou n’est pas sauvée. Dans le camp socialiste, son annonce, presque unilatérale, de la tenue du référendum, a semé la discorde et créé la division. Cinq de ses ministres, dont celui des Finances, Evangelos Venizelos, se sont opposés à cette idée. Au Parlement, cette même annonce a provoqué le départ de deux députés du Pasok, faisant perdre la majorité au parti de Papandréou, à la veille d’un vote de confiance crucial. Dans le même temps, l’idée de la formation d’un gouvernement de consensus a fait son chemin. Et pour la première fois, le chef de file de la droite, Antonis Samaras, n’y est pas opposé. Plus tôt dans la journée, celui-ci avait lui-même évoqué la possibilité de former un « gouvernement de transition » pour faire ratifier le plan d’aide européen rapidement et organiser des élections législatives anticipées.

    Sur l’échiquier international, la position de Georges Papandréou n’est pas plus enviable. Lors du bref passage du Premier ministre grec au G20, ce jeudi, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy lui ont fait clairement comprendre que la zone euro pouvait fonctionner sans la Grèce. Et que le robinet à crédit pouvait être fermé si Athènes ne respectait pas les règles édictées par Bruxelles.

    Avec AFP

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.