Accéder au contenu principal

Le secteur aérien en chute libre avec le coronavirus

Les aéroports se vident de par le monde et les spécialistes estiment que l'épidémie devrait couter plus de 113 milliards de dollars aux compagnies aériennes.
Les aéroports se vident de par le monde et les spécialistes estiment que l'épidémie devrait couter plus de 113 milliards de dollars aux compagnies aériennes. AFP Photos/Joseph Prezioso

Le secteur aérien est frappé de plein fouet par la pandémie de Covid-19 et connait une situation sans précédent. L’épidémie a provoqué une réduction drastique du trafic mondial. Certaines compagnies aériennes commencent à prévoir des suppressions de postes.

Publicité

La chute sans précédent de l’activité oblige le secteur aérien à  prendre des mesures drastiques. La compagnie néerlandaise KLM, compagnie fusionnée avec Air France, a annoncé qu’elle allait supprimer dans les mois à venir de 1 500 à 2 000 emplois à cause de la pandémie.

Non seulement Donald Trump a sonné le glas des vols transatlantiques avec les États-Unis, mais les interdictions de vols se multiplient en Europe même. Le gouvernement néerlandais a annoncé ce vendredi des restrictions sur les vols avec l’Italie, la Chine, Hong Kong et l’Iran, des mesures dont KLM se serait volontiers passée.

►À lire aussi : L'Europe de Schengen mise à mal par le coronavirus

En plus des suppressions de postes, la compagnie batave KLM annonce renoncer à engager des consultants, supprimer les voyages d’affaires des cadres, suspendre les formations et renoncer de 300 à 400 millions d’euros d’investissements.

British Airways aussi dans la tourmente

Sans donner de chiffres, British Airways a aussi fait savoir qu’une suppression de postes était inévitable pour le groupe. Les effets de la crise sur le secteur étaient attendus depuis des semaines et la Commission européenne a décidé ce mardi d’alléger les règles aéroportuaires pour donner un ballon d’oxygène aux transporteurs aériens, mais les annonces de ces deux compagnies européennes seront sans doute suivies par d’autres.

Les spécialistes du secteur estiment que si l’épidémie dure plus de deux mois, plusieurs compagnies fragiles pourraient faire faillite à l’image de Flybe. La compagnie britannique a été placée en redressement judiciaire la semaine dernière. Une situation qui pourrait entrainer une nouvelle consolidation du secteur. Les compagnies solides pourront acquérir certains de leurs concurrents en grande difficulté financière.

►À écouter aussi : Accents d'Europe - Le coronavirus peut-il changer le visage de la mondialisation ?

La crise causera des pertes conséquentes. Selon l’association internationale du transport aérien, l’épidémie pourrait coûter plus de 113 milliards de dollars aux compagnies en 2020.

Suspension des vols internationaux en Arabie Saoudite

Alors que les États-Unis suivis de nombreux pays d’Amérique latine ont fermé leurs liaisons aériennes vers l’Europe. Certains pays décident de totalement fermer leurs frontières aériennes pour endiguer le virus comme l’Arabie saoudite. Le royaume a annoncé la suspension de tous les vols internationaux dès dimanche 15 mars pour deux semaines. Quelques jours auparavant, Riyad avait déjà annoncé la suspension de certains vols à destination et en provenance de plusieurs pays dans lesquels s’est propagé le virus et encore auparavant la suspension de la Omra ajoute notre correspondant à Dubaï, Nicolas Keraudran.

Les incertitudes sont donc grandissantes également quant à la tenue du grand pèlerinage du hadj, le cinquième pilier de l‘islam, qui doit se dérouler entre juillet et août 2020 et qui attire des millions de fidèles.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.