Accéder au contenu principal

Coronavirus: les entrepôts français d'Amazon vont rouvrir progressivement

Les entrepôts d'Amazon étaient fermés depuis le 16 avril, sur décision de la justice française.
Les entrepôts d'Amazon étaient fermés depuis le 16 avril, sur décision de la justice française. REUTERS/Pascal Rossignol/File Photo

Les six entrepôts d’Amazon étaient fermés en France depuis un mois sur décision de justice. Ils vont rouvrir ce mardi 19 mai. La direction du géant américain de e-commerce et les syndicats français ont trouvé un accord. Les 11 000 salariés France vont reprendre le travail dans le respect des mesures de protection contre le coronavirus.

Publicité

L'activité du géant de l'e-commerce doit reprendre ce mardi 19 mai sur le territoire français avec 30% des effectifs, selon les syndicats de salariés.

La réouverture, à l'abri du coronavirus est une bonne nouvelle pour Laurent Degousée, délégué de Sud Commerce, premier syndicat d’Amazon en France : « Ce qu’on voulait, c’était éviter qu’à travers la réouverture, l’épidémie reparte dans les entrepôts. Donc, dans un premier temps, seuls 50% des salariés sur la base du volontariat reprendront le chemin des entrepôts, puis 80% pour arriver à 100% du personnel début juin. Il y a des choses intéressantes qui ont été mises en place. Il va y avoir une réduction quotidienne du temps de travail d’un quart d’heure, ce qui permettra que les centaines de salariés de l’équipe du matin ne croisent pas ceux de l’après-midi. Après, il reste quand même quelques points d’insatisfaction. Pour le moment, par exemple, la direction d’Amazon n’a pas passé l’éponge sur les 350 droits de retrait qui ont été faits dans la période. Mais on va dire qu’on va observer avec attention. Il y a toujours une expertise au niveau de la santé et de la sécurité qui est en cours, la manière dont cette reprise progressive va se faire. On est dans une période où l’impératif économique doit s’effacer devant l’impératif sanitaire. Il est de l’intérêt de personne que l’épidémie reparte dans les entrepôts d’Amazon ».

Début avril, la justice française avait été saisie par les salariés après plusieurs cas de coronavirus sur les sites d’Amazon. Le groupe, fondé par Jeff Bezos, a été sommé d'évaluer ses mesures barrières et de limiter ses ventes aux produits considérés « essentiels »  avec sanctions à la clé en cas de manquement. Amazon avait préféré fermer ses sites.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.