Accéder au contenu principal
racisme / FIFA

Racisme : le coup de colère de Boateng

Le Ghanéen Kevin-Prince Boateng, joueur du Milan AC.
Le Ghanéen Kevin-Prince Boateng, joueur du Milan AC. REUTERS/Alessandro Garofalo

Kevin-Prince Boateng, milieu ghanéen du Milan AC qui a eu le courage d’abandonner un match amical en pleine partie en janvier dernier pour protester contre les cris racistes du public, a été « entendu » par Joseph Blatter. Le patron de la FIFA qui n’avait pas approuvé après le faits la réaction de Boateng, tient à faire preuve de compréhension en invitant le Ghanéen à le rencontrer ce vendredi 22 mars.

Publicité

Selon Michel Platini, Kevin-Prince Boateng a eu le bon reflexe, lorsque le 3 janvier dernier, le Ghanéen insulté par les cris racistes des supporteurs de Pro Patria (4e division italienne), a quitté dès la demie heure la pelouse d'un match amical, accompagné de tous ses coéquipiers du Milan en signe de solidarité. Le président de l'UEFA avait alors salué un geste « formidable ». « J'ai beaucoup apprécié. C'était très bien, j'ai d'ailleurs appelé le Milan pour les féliciter », avait déclaré Platini dans les médias en France.

Blatter un peu « long à la détente »

Or le patron de la FIFA, Joseph Blatter n’a pas eu la même perception de la situation. « Quitter le terrain? Non. Je ne crois pas que cela soit la solution », avait dit le président de la plus haute instance mondiale du football dans une interview au journal qatari The National deux jours après cet événement. Le Suisse proposait comme la meilleure solution possible « le retrait de points ou quelque chose de similaire » contre l’équipe fautive…

Mais trois mois après, la FIFA semble avoir une perception différente sur la manière comment il fallait réagir aux cris racistes. Selon un communiqué de la FIFA de ce lundi 18 mars, Kevin-Prince Boateng est invité à rencontrer Joseph Blatter « pour échanger leurs points de vue sur la meilleure manière de combattre le racisme dans le football ». Rendez-vous est ainsi pris avec le joueur pour ce vendredi 22 mars. A moins que cela ne soit l’actualité qui ait décidé du « réveil » de la FIFA à l’égard de l’affaire Boateng. L’invitation faite à celui-ci intervient peu après la création par la FIFA d'une task force antidiscrimination. La rencontre entre Blatter et Boateng aura surtout lieu au lendemain de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale…

Adebayor, une autre victime de cris racistes

L'attaquant togolais du club anglais Tottenham, Emmanuel Adebayor a aussi été visé par des chants racistes, jeudi 14 mars, lors du 8e de finale retour d'Europa League sur la pelouse de l’Inter Milan, selon une plainte de l'entraîneur portugais de Tottenham, André Villas-Boas. « Les chants étaient très très faciles à entendre. C'est difficile pour l'Inter, ce n'est pas la première fois », avait déclaré Villas-Boas à des journalistes à propos de cris de singes entendus dans le stade lombard. Par conséquent, une procédure disciplinaire a été ouverte par l'UEFA contre l'Inter Milan et sera examinée le 19 avril, a indiqué l'Union européenne de football lundi 18 mars.

Lors de l’affaire Boateng, Michel Platini avait rappelé les mesures qui sont mises en places par l’UEFA en cas d’actes racistes dans les stades. « Nous avons mis des règles en C1 et en C3 avec les arbitres. S'il entend des cris racistes, il y a un appel au micro et une suspension du match pendant une minute. Ensuite, si ça recommence, là, il y a une suspension de deux minutes et un nouvel appel via le speaker. La troisième fois, il peut arrêter le match. C'est l'arbitre qui est le patron du stade », avait indiqué le patron de l’UEFA à la suite des insultes racistes subies par Kevin-Prince Boateng en Italie.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.